Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Père Noël habite en Chine"

En savoir plus

FRANCE

Les préavis de grève illimitée s'accumulent

Vidéo par Alix LE BOURDON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/10/2010

Aux préavis de grève illimitée déposés par quatre syndicats de la RATP pour la journée du mardi 12 octobre se sont ajoutés ceux des principaux syndicats SNCF, traduisant le durcissement de la mobilisation annoncée contre la réforme des retraites.

AFP - L'ensemble des syndicats de cheminots ont annoncé des préavis de grève reconductible à partir du 12 octobre pour la défense des retraites, après ceux déjà déposés à la RATP, marquant le durcissement de la mobilisation annoncé par les syndicats face à la détermination du gouvernement.

Les perturbations dans les transports pourraient ainsi se prolonger au-delà de la journée de grèves et de manifestations de mardi prochain, organisée par les centrales syndicales.

A la SNCF, tous les syndicats sont sur la ligne d'un mouvement reconductible pour la première fois depuis la réforme des régimes spéciaux de retraite fin 2007.

Cette réforme étant mise en oeuvre jusqu'en 2016, les cheminots ne seront concernés

par l'actuel projet sur les retraites qu'à partir de 2017.

Les quatre principaux syndicats de la SNCF (CGT, Unsa, Sud-Rail, CFDT/Fgaac) ont indiqué mercredi, au deuxième jour de l'examen du texte au Sénat, qu'ils déposaient un préavis reconductible à partir du 12 octobre 00H00.

Les cheminots en assemblées générales le 13 au matin décideront de poursuivre ou non le mouvement "dans un cadre interprofessionnel et unitaire le plus large possible", selon la CGT-cheminots.

Le numéro un de la CGT, Bernard Thibault, qui avait été le moteur des grandes grèves de 1995 sur les retraites, insiste pour que les formes d'action choisies "reposent sur des décisions collectives".

Le gouvernement avait relativisé par avance l'appel à la SNCF, en estimant que "quand il y a des difficultés sociales", des secteurs comme les transports "ont tendance à davantage se mobiliser", et en soulignant les effets bénéfiques du service minimum.

Le secrétaire général de l'UMP, Xavier Bertrand, a lui fustigé les mouvements reconductibles, dont la France en "sortie de crise" n'a "certainement pas besoin".

Selon la CGT-cheminots, le gouvernement "ne veut rien entendre, il va falloir donner une autre dimension au mouvement".

Ce qui pourrait encore changer au Sénat
  • Les femmes : Pour prendre en compte les inégalités salariales et les carrières plus courtes des mères de famille, la droite pourrait prévoir des aménagements.
     
  • Le handicap : la majorité pourrait réévaluer les critères pour permettre à un plus grand nombre de travailleurs reconnus handicapés de bénéficier d’un accès à la retraite anticipée.
     
  • La pénibilité : le PS compte "se battre sur la pénibilité" et faire en sorte que celle-ci soit prise en compte branche par branche plutôt qu’individuellement comme prévu dans le projet de loi actuel.
     
Pour la Fgaac, "les grèves +carrées+ (d'une journée, ndlr), les manifestations, on les a faites, nous sommes dans l'obligation de durcir" la mobilisation.

FO, CFTC et CFE/CGC, minoritaires à la SNCF, ont déjà déposé un préavis reconductible à compter du 12, dans les régions où ils sont représentatifs.

Sud avait appelé à la reconduction le 23 septembre, dernière journée interprofessionnelle, mais avait été peu suivi.

La décision des syndicats a été délicate alors que les cheminots ont multiplié les arrêts de travail depuis début 2010, notamment durant deux semaines en avril. La CGT a poussé pour un mouvement reconductible après consultation de sa base et après le constat que d'autres secteurs suivaient.

Face à la détermination du gouvernement, qui semble parier sur l'essoufflement du mouvement et reste inflexible sur le recul de 60 à 62 ans pour l'âge minimum de départ et de 65 à 67 ans pour la retraite à taux plein, les initiatives en faveur de grèves reconductibles se sont multipliées.

A la RATP, CGT, FO, Sud et CFDT se sont engagés dans un préavis illimité à partir du 12.

Les autres réseaux de transport urbain pourraient également être affectés, la CGT transports ayant appelé ses syndicats à déposer des préavis du 12 au 30 octobre, pour couvrir toute action.

FO et Solidaires des transports sont aussi pour une action reconductible. La plupart des fédérations de routiers ont cependant appelé mercredi à une simple grève de 24 heures mardi.

Dans d'autres activités stratégiques, la CGT-énergie et la CGT-chimie ont annoncé soutenir les mouvements illimités à partir du 12.

Première publication : 07/10/2010

  • FRANCE

    Les centristes du Sénat, nouveaux arbitres de la réforme des retraites

    En savoir plus

  • FRANCE

    Est-ce que la France peut encore se permettre de faire grève ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)