Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Obama et les attentes irréalistes des noirs américains"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • RDC : le retour tant espéré des réfugiés angolais dans leur pays

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Steve Ballmer, le directeur général de Microsoft, annonce son retrait

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

Moyen-orient

La voix de Fairouz prête à reconquérir Beyrouth

Texte par Malika KERKOUD

Dernière modification : 07/10/2010

Après plusieurs années d'absence, la voix du pays des Cèdres est sur le point de donner deux concerts exceptionnels à Beyrouth. Un événement que les fans de ce symbole fédérateur pour le Liban attendent avec impatience.

Après sept ans d’absence, la diva libanaise Fairouz revient sous les feux de la rampe au Palais des congrès du Biel, à Beyrouth. L’artiste âgée de 74 ans donnera deux concerts, le 7 et le 8 octobre, à l’occasion de la sortie de son dernier album au Liban "Eh fi amal" ("Oui l'espoir existe"), écrit et composé par son fils Ziad el-Rahbani. Plus de 6 000 places ont été vendus dès le premier jour de leur mise en vente à des prix allant jusqu’à 260 dollars (185 euros).

Révélée dans les années 1950 par les frères Mansour et Assi el-Rahbani, célèbres compositeurs et figures de la musique arabe, sa voix a conquis les cœurs et les foyers du Proche-Orient, en passant par les pays du Golfe, jusqu’au Maghreb. "Fairouz est le dernier symbole de l’âge d’or musical du monde arabe. Sa voix est un symbole fédérateur pour le Liban car elle incarne toutes les blessures, les peurs et les rêves des Libanais depuis l’indépendance du pays jusqu’à ce jour", déclare à France24.com Pierre Abi Saab, responsable de la rubrique culture du quotidien libanais "Al Akhbar".

Imbroglio familial

À l’instar de son pays, actuellement divisé politiquement, la carrière de Fairouz a été marquée par un différend familial sur une sombre histoire de droits d’auteur qui a longtemps empêché la diva d'interpréter les tubes qui ont fait sa renommée. Des chansons coécrites par les deux frères Rahbani, pour la plupart à consonance patriotiques et tragiques, qui ont bercé plusieurs générations de Libanais notamment pendant les 15 ans de guerre civile (1975-1990).

L’annulation d’une pièce de théâtre dans laquelle devait se produire "l’Édith Piaf du monde arabe" au Casino du Liban à la suite d'une plainte des fils de Mansour Rahbani fut le dernier épisode en date de cet imbroglio. Ses fans, du Caire à Beyrouth en passant par Jérusalem, s’étaient alors mobilisés, en vain, pour protester contre le bâillonnement de la voix du pays des Cèdres. Son retour sur le devant de la scène est donc très attendu. "Les concerts de ce mois seront peut-être les derniers rendez-vous donnés par Fairouz aux publics libanais et arabe. Il ne faut pas laisser passer cette chance", conclut Pierre Abi Saab.

Première publication : 07/10/2010

COMMENTAIRE(S)