Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Tempête au Parti socialiste : "PS, cela ne veut pas dire PlayStation"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attaque d'Ottawa : Stephen Harper caché dans un placard

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

UE : la tension monte sur les budgets

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ottawa: histoire d'une photo

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Toumani Diabaté, le maître de la kora, invité du Journal de l’Afrique

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : une déception pour la gauche ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Les fonds destinés aux agences de sécurité en Afghanistan ont profité aux Taliban

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/10/2010

Un rapport de la commission de la Défense du Sénat américain révèle vendredi que des fonds alloués aux agences privées de sécurité en Afghanistan se sont retrouvés aux mains des rebelles taliban.

AFP - Des fonds américains destinés au paiement des agences privées de sécurité en Afghanistan se sont retrouvés entre les mains de seigneurs de la guerre et de rebelles talibans, sapant l'effort de guerre et alimentant la corruption, dénonce jeudi un rapport du Sénat américain.

Selon cette enquête de la commission de la Défense du Sénat, le gouvernement américain s'est montré incapable de vérifier les embauches de contractants privés travaillant pour les autorités américaines en Afghanistan, bien que les contrats s'élèvent à des milliards de dollars, et les résultats sont catastrophiques.

"Notre dépendance à l'égard des agences de sécurité privées en Afghanistan a trop souvent profité aux seigneurs de la guerre locaux et aux agents d'influence qui agissent, en-dehors de tout contrôle gouvernemental, à l'encontre des intérêts de la coalition" internationale, a déclaré Carl Levin, le président de la commission.

"Cette situation menace la sécurité de nos troupes et fait peser un risque sur le succès de notre mission", a-t-il ajouté.

Le rapport révèle notamment que la société ArmorGroup, une filiale de la Britannique G4S, a fait appel, dans le cadre d'un contrat avec l'Armée de l'air américaine, à des seigneurs de la guerre, y compris des "soutiens des talibans", pour recruter des gardes de sécurité.

Pendant que ce contrat était en vigueur, l'un de ces chefs de guerre a été tué dans un raid militaire américano-afghan "pendant une réunion des talibans qui se tenait à son domicile".

La commission, qui a étudié plus de 125 contrats de sécurité passés par le Pentagone entre 2007 et 2009, a découvert "des failles systématiques, y compris dans la vérification par les compagnies de sécurité de la qualité de l'entraînement reçu par leur personnel armé".

Le rapport salue néanmoins les efforts du commandant des forces américaines et de l'Otan en Afghanistan, le général David Petraeus, qui a ordonné une réforme des contrats de sous-traitance et averti que des dépenses élevées sans supervision adéquate pouvaient alimenter la corruption et la rébellion.

Le secrétaire américain à la défense, Robert Gates, a reconnu le problème dans un courrier à M. Levin et a souligné que le Pentagone avait largement amélioré la supervision des contrats passés avec des sociétés de sécurité privées et créé des équipes chargées spécialement de cette tâche.

Mais l'armée américaine est confrontées à un dilemme, a souligné Richard Fontaine, chercheur au Center for a New American Security, interrogé par l'AFP.

"Dans certains cas, le choix semble ardu: soit permettre aux sous-traitants de payer les talibans pour obtenir une protection, --et donc payer l'ennemi avec les dollars du contribuable--, soit interdire de payer pour cette protection et se trouver face à un plus grand risque d'attaques".

"Ce choix est d'autant plus difficile que nous dépendons des sous-traitants, et non de personnel militaire, pour tout un ensemble de missions de sécurité, y compris la protection des convois", souligne-t-il.

Le gouvernement afghan a condamné le rôle des sociétés de sécurité privées, et interdit cette semaine huit d'entre elles, dont l'Américaine Xe, ex-Blackwater, impliquée dans plusieurs scandales, en particulier la mort de 14 à 17 civils à Bagdad en septembre 2007.

Le président afghan Hamid Karzaï a signé le 17 août un décret ordonnant l'interdiction totale des "contractors" d'ici la fin de l'année.

Première publication : 08/10/2010

  • AFGHANISTAN

    Les Taliban auraient entamé des pourparlers confidentiels avec le gouvernement Karzaï

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Nouvelle attaque d'Al-Qaïda contre un convoi de ravitaillement de l'Otan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)