Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestation de l'opposition sénégalaise contre un projet de réforme électorale controversé

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Autocars : quand la grève à la SNCF fait recette

En savoir plus

LE DÉBAT

Réformes en France : vers une convergence des luttes ?

En savoir plus

POLITIQUE

Visite d'Emmanuel Macron à Washington : Que peut-il espérer de cette rencontre avec Donald Trump ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sting : "Avec Shaggy, on a presque oublié qu'on enregistrait un disque!"

En savoir plus

FOCUS

Face à une crise des déchets qui s’éternise, des Libanais se mobilisent

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Kanye West s'improvise "philosophe" sur Twitter

En savoir plus

L’invité du jour

Martine Landry : "On ne demande pas à accueillir toute la misère du monde mais à prendre notre part"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Rencontre Macron-Merkel à Berlin : une feuille de route pour réformer la zone euro ?

En savoir plus

Amériques

La démission du conseiller de Barack Obama pour la sécurité nationale est confirmée

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/10/2010

La valse des conseillers du président américain continue. Après Rahm Emmanuel, c'est au tour du général James Jones, conseiller de Barack Obama pour la sécurité nationale, de démissioner. Il sera remplacé par son adjoint, Tom Donilon.

AFP - Le conseiller de Barack Obama pour la sécurité nationale, le général James Jones, va quitter ses fonctions et le président américain a désigné son adjoint, Tom Donilon, pour le remplacer, ont annoncé vendredi de hauts responsables américains.

Cette démission, révélée par deux hauts responsables sous le couvert de l'anonymat, est le dernier départ marquant en date enregistré dans les rangs de l'équipe du président Obama.

L'un des principaux conseillers du président américain pour l'économie, Lawrence Summers, avait annoncé fin septembre sa démission d'ici à la fin de l'année et Barack Obama a accepté il y a une semaine la démission du secrétaire général de la Maison Blanche, Rahm Emanuel, remplacé par Pete Rouse, un de ses proches conseillers.

Le retrait du général Jones ne constitue pas une surprise et était attendu d'ici la fin de l'année, des rumeurs faisant état de son mécontentement et de sa frustration de ne pas être vu comme faisant partie de la garde rapprochée d'Obama.

Ancien commandant des forces de l'Otan en Europe, le général Jones a joué un rôle clef dans la nouvelle stratégie en Afghanistan et au Pakistan annoncée par M. Obama en décembre 2009 et il a parcouru des milliers de kilomètres dans le monde pour défendre les positions américaines.

La décision du général Jones intervient au moment où les Etats-Unis font face à des défis grandissants sur la scène internationale (Iran, menace terroriste) et un mois avant une grande tournée du président Obama en Asie.

Tom Donilon, son remplaçant, est perçu comme un proche du vice-président américain Joe Biden, connu pour son scepticisme face aux arguments des militaires qui avaient nourri la décision du président Obama de décider d'un renforcement des troupes en Afghanistan fin 2009.

Bourreau de travail et cultivant une relation étroite avec Barack Obama, M. Donilon est un des architectes de la stratégie en Afghanistan, comme d'autres initiatives du président américain en politique étrangère.

Tom Donilon est récemment sorti de l'ombre avec la sortie du livre "Les guerres d'Obama" (Obama's wars) du journaliste américain Bob Woodward. Celui-ci évoque des inquiétudes du Pentagone à son sujet sur fond de rumeurs selon lesquelles il ne traiterait pas les hauts responsables militaires avec les égards dus à leur rang.

Sans citer de source, le journaliste écrit que le secrétaire à la Défense Robert Gates aurait un jour dit au général Jones que M. Donilon serait "un désastre" comme conseiller à la sécurité nationale.

Première publication : 08/10/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Tout ce qu'il faut savoir sur les élections américaines de mi-mandat...

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Les jeunes resteront-ils fidèles à Obama pour les élections de mi-mandat ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)