Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Amériques

L'indécise politique étrangère du Tea Party

Texte par Thibault WORTH

Dernière modification : 08/10/2010

Les militants du Tea Party ont attiré l’attention du monde entier en luttant en bloc pour que le gouvernement fédéral ait moins de pouvoir. En revanche, sur les questions de politique étrangère les chefs de parti sont divisés.

Les dernières primaires républicaines son éloquentes : le mouvement Tea Party prend une ampleur inédite. À tel point qu’il est désormais en mesure d’influencer les élections cruciales de la mi-mandat en novembre.

Dans l’État du Delaware, dans l’Ouest des États-Unis, la militante conservatrice Christine O’Donnel a remporté haut la main l’élection sénatoriale primaire face à Micke Castle, républicain plus modéré.

Plus au nord, dans l’État de New York, le favori Tea Party Carl Paladino a très largement raflé la primaire républicaine au poste de gouverneur à l’ancien député Rick Lazio.

"Les citoyens du Deleware ont parlé", a déclaré Christine O’Donnel mardi lors d’un rallye. "Ils ne veulent plus de la politique habituelle. Leur cause est désormais la restauration de [la gloire de] l’Amérique".

Pour les militants du Tea Party, "restaurer [la gloire de] l’Amérique" signifie réduire les dépenses de l’État. Un objectif qui semble pourtant incompatible avec leurs priorités : selon une étude effectuée par la Sam Adams Alliance, une association à but non lucratif basée à Chicago, la question de la défense est considérée comme "très importante" pour 80 % d’entre eux. Or, en 2009, Washington a consacré quelque 782 milliards de dollars à la défense, soit un peu moins d’un quart de son budget global.

Devant cette contradiction, les dirigeants du Tea Party sont, sans surprise, très divisés entre les isolationnistes et les interventionnistes, comme c’est généralement le cas dans la politique américaine.

Le député du Texas Ron Paul a, par exemple, prôné l’approche isolationniste basée sur des restrictions budgétaires. Pour lui, consacrer des milliards de dollars à des bases militaires installées à travers le monde tout en évitant les dépenses à l’intérieur même du pays est une aberration.


Aux primaires du parti républicain dans le Kentucky, Rand Paul a très largement devancé Grayson Trey, favori des hautes sphères du parti, en s’opposant à tout type d’intervention extérieure des États-Unis. "Je m’opposerai aux aides intensives à la reconstruction, dont on fait porter le poids à nos soldats en faisant d’eux les policiers du monde", a-t-il déclaré, devant une foule séduite.

Dans le sillage de la politique étrangère de George Bush

De l’autre côté, se trouve Sarah Palin. Candidate à la vice-présidence en 2008, elle s’était positionnée en faveur d’une politique extérieure proche de celle de George W. Bush lors du rallye Tea Party sur le thème "restaurer l’honneur", et s’était opposée à toute amputation du budget militaire.

Cependant, comme les récentes élections primaires, Tea Party et parti républicain ne font pas bon ménage. Après la victoire de Christine O’Donnel dans le Deleware, le comité central de campagne républicain a fait preuve d’un enthousiasme très mesuré en lui envoyant un message de félicitations on ne peut plus laconique.

Mais l’opinion des militants eux-mêmes complique encore la donne. Un sondage Sam Adams Alliance indique que 96,9 % des militants Tea Party avaient voté pour George W. Bush en 2004. L’été dernier, seulement 50,7 % d’entre eux se sont affiliés au parti républicain.

Reste désormais à savoir quelle forme va prendre la politique extérieure américaine version Tea Party : va-t-elle se calquer sur la politique "préventive" de Bush, ou opérer des coupes franches dans le budget militaire ? À moins que le Tea Party ne trouve une solution intermédiaire.

 

Première publication : 08/10/2010

COMMENTAIRE(S)