Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La guerre des Le Pen

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande le saoudien

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : un juge de la Cour constitutionnnelle en fuite au 9è jour de contestation dans le pays

En savoir plus

FOCUS

Argentine : OGM et pesticide, un tandem toxique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Maréma, nouvelle voix du Sénégal

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Meriam Rhaiem : "Il voulait faire de ma fille une future endoctrinée"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Ethiopie: le défi vert

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Pour Cécile Kyenge, la demande d'asile en Europe doit être simplifiée

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Handicap : l'Europe à la traîne ?

En savoir plus

FRANCE

Le Sénat adopte le report à 62 ans de l'âge légal de la retraite

Vidéo par France 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/10/2010

Par 186 voix contre 153, le Sénat a définitivement voté le report de 60 à 62 ans de l'âge légal de départ à la retraite, mesure-phare de la réforme voulue par le gouvernement. Une nouvelle journée de manifestations est prévue samedi 16 octobre.

AFP - Le report de 60 à 62 ans de l'âge légal de départ à la retraite a été définitivement adopté vendredi par un vote du Sénat sur cette mesure phare de la réforme des retraites.

Par 186 voix contre 153, le Sénat a voté l'article 5 du projet de réforme des retraites, sans le modifier par rapport à la version adoptée par l'Assemblée nationale en septembre, rendant ce vote définitif.

Dénonçant la fin de la retraite à 60 ans instituée en 1982 par François Mitterrand, les sénateurs de gauche ont appelé à une forte mobilisation mardi lors de la journée d'action syndicale.

"Lorsque nous sommes arrivés au pouvoir, nous avons tout de suite proposé la retraite à 60 ans. Cela a été un immense espoir. De toutes les revendications ouvrières, cela a été la plus importante. Cela restera dans l'histoire sociale de la France", avait plaidé pendant le débat le sénateur PS Pierre Mauroy, Premier ministre de François Mitterrand en 1982.

"Monsieur le Premier ministre, vous défendez le texte de l'époque. Vous dites vous-même que les choses ont évolué. Le devoir, c'est bien de faire évoluer le système de retraite. Nous voulons qu'il soit pérenne", a répondu le ministre du Travail, Eric Woerth.

Logiquement battus au Parlement, les élus de gauche se sont tournés vers la rue et les manifestations de mardi: "Ce n'est pas un caprice, la grève! C'est par nécessité! Vous n'avez pas d'autre solution que de retirer cette réforme. Vous pensez pouvoir passer en force, c'est avoir peu de considération pour le peuple de France qui a montré de nombreuses fois dans son histoire ses capacités de résistance", a lancé l'ex-ministre communiste Jack Ralite.

Le gouvernement avait commencé l'examen des mesures d'âge dès jeudi soir, afin qu'elles soient votées avant mardi. Les sénateurs de gauche ont multiplié les interventions et ont été 25 par exemple à décliner leur colère lors des explication du vote de l'article signant la fin de la retraite à 60 ans.

Le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, avait dénoncé "un coup de force", qui va augmenter "l'indignation, la colère et la mobilisation".

Après les 62 ans, les sénateurs ont commencé immédiatement la discussion de l'autre mesure d'âge, qui relève de 65 à 67 ans l'âge de départ à la retraite sans décote, même sans tous les trimestres de cotisation.

Le gouvernement a déposé des amendements pour préserver la retraite à 65 ans des méres de trois enfants nées entre 1951 et 1955, ou des parents d'enfants handicapés.
 

Première publication : 08/10/2010

  • FRANCE

    Nouvelle journée de manifestations prévue le 16 octobre contre la réforme des retraites

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les préavis de grève illimitée s'accumulent

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les centristes du Sénat, nouveaux arbitres de la réforme des retraites

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)