Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Juppé n'est pas le Père Noël"

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

EUROPE

Des milliers de manifestants s'opposent à la Gay Pride à Belgrade

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/10/2010

Alors que doit se tenir la Gay Pride, dans la capitale serbe, dimanche, quelque 8 000 manifestants ont défilé la veille, en famille avec leurs enfants, pour dénoncer ce rassemblement dont ils demandent l'interdiction.

AFP - Environ 8.000 manifestants défilaient samedi sans incident à Belgrade pour protester contre l'organisation d'une Gay pride dimanche dans la capitale serbe, a constaté l'AFP.

Manifestants venus en famille, avec leurs enfants, se mêlaient à des jeunes, manifestement des groupes de supporters de football, avec pour mot d'ordre "la défense de la famille".

Le cortège s'est ébranlé du centre ville, remontant une rue piétonne animée, avant de se diriger vers le Parlement serbe, sans incidents.

Les forces de l'ordre surveillaient de près le bon déroulement de la manifestation.

"L'Etat ne fait rien pour aider la famille alors qu'il autorise ce rassemblement contre-nature. Nous voulons l'interdiction de cette marche", a déclaré Miroslav Parovic, l'un des porte-parole de l'organisation ultra-nationaliste Dveri, à l'origine de cette manifestation.

Le porte-parole évoquait la Gay pride prévue dimanche à Belgrade et maintenue par les autorités alors qu'une manifestation semblable d'homosexuels et autres minorités sexuelles avait été annulée l'année dernière en raison des risques de violences de la part d'éléments ultra-nationalistes.

Des activistes de Dveri distribuaient des pamphlets sur lesquels on pouvait lire "Je suis ici", "car l'Etat devrait aider la famille et non la Gay Pride", "car la famille est pour moi plus importante que l'Union européenne", "pour que la parade honteuse de demain soit annulée".

Accompagné de son épouse et de leur deux enfants en bas âge, Janko Milicevic, 35 ans, explique sa participation à la manifestation.

"La Gay Pride est un thème imposé qui n'a rien à voir avec les priorités, économiques ou sociales de ce pays, je suis ulcéré par l'attitude servile de l'Etat qui exécute la volonté d'un lobby et aussi par les positions du type: nous mesurerons le degré de votre démocratie par la tenue ou non d'une réunion d'homosexuels", dit-il d'une seule traite.

Plus loin, un groupe de jeunes, vraisemblablement des supporters, vêtus de noir et masqués, l'air menaçant, scandait sans relâche des slogans anti-gay.

"Les p. (homosexuels) ne marcheront pas dans cette ville. Tuez les p.", scandait ce groupe mais aussi beaucoup d'autres jeunes gens, dont certains faisaient le salut fasciste, en dressant le bras, la main tendue.

Pour Miljana Protic, 26 ans, cette manifestation tout comme celle prévue dimanche relève de la liberté d'expression qu'offre un système démocratique.

"La Constitution autorise les gay à manifester, je le reconnaît, mais je suis venue car je tiens moi aussi à manifester mon opposition" à leur parade, dit-elle.

Première publication : 09/10/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Piégé par une webcam, un étudiant homosexuel se suicide

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)