Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : la rançon ou la mort ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

Culture

Facebook sur grand écran, le parcours ambigu d'un étudiant devenu milliardaire

Texte par Jon FROSCH

Dernière modification : 13/10/2010

C’est l’un des films les plus attendus de l’année, “The Social Network” sort mercredi dans les salles de l’Hexagone. Son réalisateur, David Fincher, livre un portrait passionnant du controversé créateur de Facebook, Mark Zuckerberg.

C’est un film qui devrait réjouir à la fois les cinéphiles et les mordus d’Internet. "The social network" de David Fincher, qui sort mercredi prochain en France, retrace la création puis le développement du réseau social Facebook. Il relate le parcours de Mark Zuckerberg, le controversé et richissime créateur du réseau social le plus populaire au monde.

Intelligent et bien cadencé, le film revient sur la création du site et les rivalités engendrées par l’immense succès de celui-ci. Son réalisateur, David Fincher, se garde bien d’accuser ou de prendre la défense de Zuckerberg, qui a été poursuivi en justice par plusieurs de ses anciens camarades de l’université Harvard lui reprochant de leur avoir volé leur idée.

L'étrange histoire de Benjamin Button (2008)

Zodiac (2007)

Panic Room (2002)

Fight Club (1999)

The Game (1997)

Seven (1995)

Alien 3 (1992)

S’appuyant sur les faits reconnus, le film ne s’apparente pas à un "biopic" classique, mais plus à un thriller autour de la genèse du réseau social. Tout au long du récit, se dessine la personnalité d’un jeune homme décidé mais ambigu, ni héros ni escroc, simplement un homme torturé par sa timidité et ses rêves de grandeur. Contrairement à ce qu’il redoutait, le film n’est d'ailleurs pas à charge contre lui. Et pourtant, Zuckerberg s'est lancé dans une campagne de communication ces derniers jours, multipliant les interventions, dont un passage remarqué dans l’un des programmes phares de la télévision américaine "The Oprah Winfrey Show" afin d'apparaître sous son meilleur jour. Une initiative qui est apparue finalement superflue.

Créateur ou destructeur ?

Si le Mark Zuckerberg du "Social Network", interprété par Jesse Eisenberg, n’est pas un jeune loup assoiffé de pouvoir et d’argent comme certains s’y attendaient, c’est que le réalisateur, David Fincher et le scénariste, Aaron Sorkin, ont des points de vue différents sur le jeune homme. Au cours de la campagne de promotion du film, Fincher a reconnu s’être identifié à son héros qui, tout comme lui, est un "créateur". "Ce qu’a entrepris Mark ressemble au travail d’un réalisateur" a-t-il affirmé lors d’une interview, "notre travail c’est de développer et de prendre soin de ce que nous créons… et si nous devons blesser des gens pour protéger notre création, nous devons en passer par là".

De son côté, Sorkin voit en Zuckerberg "pas simplement un créateur mais aussi un destructeur", faisant notamment référence à ses anciens camarades qui ont entrepris des actions en justice contre lui. Le scénariste égratigne aussi le site lui-même, censé rapprocher les gens mais "qui a fait le contraire", selon lui.

C’est cette double approche de la personnalité de Zuckerberg qui donne sa consistance au film, sans cela, il se résumerait finalement à une histoire de réussite à l’américaine comme on en voit souvent : une ambition démesurée, un succès immense et les contreparties qui vont avec.

Le film tout entier repose sur la confrontation de ces deux visions. La scène d’ouverture, volontairement comique, reflète cette dualité. Alors âgé de 19 ans, le jeune Zuckerberg se fait rejeter par sa petite amie. Après avoir vainement tenté de se réconcilier avec elle, il finit par se réfugier dans sa chambre, à Harvard, où dans un éclair de génie et de furie, il crée un site qui deviendra plus tard le trombinoscope le plus célèbre au monde.

Derrière l’ironie de cette anecdote émerge la personnalité du jeune homme, maladroit dans ses relations humaines mais qui va pourtant permettre à toute une génération d’inventer une nouvelle façon de communiquer.

Welcome to Harvard

Dans ses précédents films ("Seven", "Fight Club", "Zodiac"), Fincher avait créé des univers sombres et cauchemardesques. En comparaison, "The social network" paraît plus léger et moins noir, même si l’université d’Harvard y est présentée comme un microcosme lugubre peuplé de jeunes avides de pouvoir et d’argent.

Le rythme, très soutenu, est en phase avec le développement éclair de Facebook. Même si on voudrait par moment que la caméra ralentisse pour prendre la mesure du sujet, on comprend pourquoi Fincher ne freine jamais : loin de faire le récit d’un événement passé, il nous suggère que la révolution Facebook est encore loin d’être terminée. 

"The Social Network" - 2nde bande-annonce du film de David Fincher

Première publication : 09/10/2010

  • INTERNET

    Facebook cherche à offrir plus de contrôle à ses utilisateurs

    En savoir plus

  • CINÉMA

    "The Social Network", le film qui inquiète Facebook

    En savoir plus

  • INTERNET

    Facebook se lance sur le marché des services géolocalisés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)