Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Michel Platini : "pas sûr que le PSG respecte le fair play financier"

En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Des soldats russes sur le pied de guerre à la frontière ukrainienne

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

  • Au moins trois médecins américains tués dans un hôpital de Kaboul

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • Platini doute que le PSG respecte le fair-play financier

    En savoir plus

  • Le président colombien rétablit le maire de Bogota dans ses fonctions

    En savoir plus

Afrique

Une des otages français d'Aqmi "ne peut plus rester longtemps sans soins"

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/10/2010

L'otage française d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), détenue au Mali avec six autres personnes depuis près d'un mois, souffrirait d'un cancer et nécessiterait des soins, selon un intermédiaire qui a été en contact avec les ravisseurs dimanche.

AFP - La seule femme, une Française, parmi les sept personnes (dont cinq Français) enlevées au Niger par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et détenues au Mali, souffre d'un cancer et ne "peut plus rester longtemps sans soins", a appris dimanche l'AFP auprès d'un intermédiaire nigérien.

"Je reviens de chez les ravisseurs dans le désert où j'ai rencontré deux représentants du groupe qui les détient : l'otage française est malade et ne peut plus rester longtemps sans soins", a déclaré un des intermédiaires nigériens, interrogé par téléphone satellitaire.

Cet intermédaire s'est rendu dans la région de Timétrine, dans le nord-est du Mali, près

de la frontière algérienne, où les otages sont détenus.

Egalement interrogé par l'AFP, l'entourage d'un Malien qui joue le rôle de médiateur, a confirmé cette information en affirmant que "la femme française est malade. On nous a dit qu'elle a été soignée peu de temps avant son enlèvement, mais elle mérite un suivi".

Cette femme, Françoise Larribe, épouse d'un des cinq Français enlevés dans la nuit du 15 au 16 septembre sur le site d'une mine d'uranium du groupe français Areva à Arlit (nord du Niger), a subi une chimiothérapie peu de temps avant son enlèvement, selon ces sources.

L'intermédiaire nigérien assure par ailleurs que "les ravisseurs sont ouverts à toute négociation, affirment qu'il feront bientôt connaître leurs revendications, mais que le sort des otages est entre les mains de +toutes les tendances+d'Aqmi".

"Les ravisseurs ont affirmé que les otages sont en vie et bien traités", a a ajouté l'intermédiaire qui dit "travailler pour aider son pays à participer à la recherche d'une solution".

Aqmi avait renvendiqué le 21 septembre l'enlèvement cinq jours plus tôt de cinq Français, d'un Togolais et d'un Malgache, pour la plupart collaborateurs du groupe Areva et d'un de ses sous-traitants, à leur domicile d'Arlit.

Neuf jours plus tard, le 30 septembre, la branche maghrébine d'Al-Qaïda avait diffusé une photo des sept otages, accompagnée d'un enregistrement audio. L'image les montrait assis sur le sable dans le désert, avec debout derrière eux des hommes en armes.

Un seul de ces hommes, assis à côté des otages, n'avait pas le visage masqué.

Pierre Camatte, un ex-otage français détenu près de trois mois dans le désert malien par Aqmi, avait affirmé avoir reconnu en lui l'Algérien Abdelhamid Abou Zeid, un des chefs les plus radicaux de ce groupe.

Abou Zeid avait notamment dirigé l'enlèvement de Michel Germaneau, un humanitaire français de 78 ans, dont Aqmi a annoncé l'exécution le 25 juillet. C'est son groupe qui est également responsable de l'exécution en avril d'un otage britanniaue, Edwin Dyer.

Depuis la publication de cette preuve de vie, le gouvernement français n'a officiellement reçu aucune revendication de la part des ravisseurs.

Première publication : 11/10/2010

  • SAHEL

    Vidéo des Français enlevés au Niger : ce que révèlent les détails

    En savoir plus

  • SAHEL

    Aqmi diffuse des images des otages français enlevés au Niger

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)