Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Epidémie d'ébola : des tests de vaccins concluants

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

JO : Pékin est la 1ère ville à accueillir les jeux d’été et les jeux d’hiver

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

PKK et Groupe Etat Islamique : le double jeu d’Erdogan

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants à Calais : Paris et Londres unis mais démunis

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La Seine : le XXIème arrondissement de Paris

En savoir plus

FOCUS

Brésil : des cours par visioconférence au cœur de l’Amazonie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le petit prince", du livre à l'écran

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Syrie : "L'Armée de la conquête" à la recherche de respectabilité

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : nouvelle controverse sur le port d'armes, après plusieurs tueries

En savoir plus

FRANCE

Le prix Nobel d'économie Maurice Allais est décédé

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/10/2010

Le premier lauréat français du prix Nobel d'économie, Maurice Allais, est mort samedi à l'âge de 99 ans. Pionnier sur les théories des marchés, directeur de recherche au CNRS, il dénonçait les excès du libéralisme notamment l'endettement.

AFP - Maurice Allais, ingénieur général honoraire des mines, décédé samedi à 99 ans, était devenu en 1988 le premier lauréat français du prix Nobel d'économie.

Ce prix récompensait "ses travaux de pionnier sur la théorie des marchés et l'utilisation efficace des ressources", selon la Banque de Suède.

Né à Paris le 31 mai 1911, Maurice Allais, major de Polytechnique (1933), ingénieur du corps des mines et ingénieur-docteur de l'université de Paris, avait été professeur d'analyse économique à l'Ecole nationale supérieure des mines de Paris se 1944 à 1988.

Il avait été également professeur d'économie théorique à l'Institut de statistique de l'université de Paris (1947-68), et à l'Institut des hautes études internationales de Genève (1967-1970). A partir de 1970, il dirigeait le centre Clément-Juglar d'analyse monétaire de l'université de Paris-X.

Maurice Allais était parallèlement directeur de recherche au CNRS à partir de 1954.



Ses travaux ont essentiellement porté sur le développement de l'économie mathématique, notamment dans le domaine de la théorie de l'équilibre général, de la théorie du capital, de la théorie des choix, et de la théorie monétaire.

Pionnier des analyses monétaires macrodynamiques, l'économiste, qui dénonçait les excès du libéralisme, notamment l'endettement, a fait autorité pour ses études théoriques du risque, illustrées par son célèbre paradoxe: "moins le risque est grand, plus les spéculateurs fuient".

Retraité en 1980, le professeur Allais est devenu membre de la société internationale d'économétrie, de l'Institut international de statistique, membre associé de l'US National Academy of Sciences (1989), Membre d'honneur de l'American Economic Association, membre de l'Académie des sciences morales et politiques (1990).

Il était l'auteur de nombreuses études d'économie théorique et appliquée et d'une quarantaine de livres, notamment: "Traité d'économie pure" (1994), une réédition de "A la recherche d'une discipline économique (1943), "Economie et intérêt" (1999) dont une partie avait été publiée en 1946, "L'Impôt sur le capital et la réforme monétaire" (1977 et 1988), "La Théorie générale des surplus" (1978 et 1989).

Il a également publié plusieurs livres sur la mondialisation et l'Europe, comme "Erreurs et impasses de la construction européenne (1992), ou "Nouveaux combats pour l'Europe: 1995-2002" publié en 2003.

Maurice Allais était Grand officier de la Légion d'honneur, médaille d'or du CNRS (1979), Grand officier de l'Ordre national du mérite.

Première publication : 10/10/2010

  • PRIX NOBEL

    Un Français parmi les favoris pour le Nobel de l'économie

    En savoir plus

  • PRIX NOBEL

    Le Nobel de physique à deux scientifiques pour leurs travaux sur le graphène

    En savoir plus

  • SCIENCES

    Le prix Nobel de physique Georges Charpak tire sa révérence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)