Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

EUROPE

Construction d'une digue à Kolontar contre les boues toxiques

Vidéo par Gulliver CRAGG

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/10/2010

Évacué samedi, le village de Kolontar est toujours sous la menace d'une nouvelle rupture de réservoir de l'usine d'aluminium, une semaine après la coulée de boues toxiques. Des ouvriers construisent une digue de protection depuis dimanche.

REUTERS - Des ouvriers s’employaient dimanche à construire une digue afin de protéger le village de Kolontar et les cours d’eau voisins d’une nouvelle coulée de boues rouges toxiques qui menacent de s’échapper d’un réservoir dont les fissures se sont élargies.

Un million de m3 de boues provenant d’une usine d’aluminium ont inondé lundi dernier des villages de la région, faisant sept morts et 123 blessés et polluant des cours d’eau, dont un affluent du Danube.

Près d’une semaine après la catastrophe, une personne est toujours portée disparue.

Kolontar a été évacué samedi après l’apparition de fissures dans la paroi nord du bassin de rétention.

Déchet résultant de la production d’aluminium, la boue rouge est une substance épaisse, fortement alcaline, qui a un effet caustique sur la peau. Elle contient des métaux lourds tels que le plomb et est légèrement radioactive. L’inhalation des poussières de boue rouge peut causer un cancer du poumon.

Dimanche soir, la cellule de secours du comté de Veszprem a conseillé aux secouristes et aux habitants de la zone affectée de porter des masques et des lunettes de protection parce qu’en certains endroits, la boue s’est mise à sécher, dégageant une concentration de poussières supérieure à la limite acceptable.

Le secrétaire d’Etat à l’Environnement, Zoltan Illes, a déclaré dimanche que la fissure longue de 25 mètres s’était légèrement élargie au cours de la nuit et qu’il ne paraissait plus possible de réparer le réservoir.

La paroi nord pourrait s’effondrer « d’ici un jour ou une semaine », a-t-il dit.

Gyorgyi Tottos, porte-parole de l’équipe de secours, a déclaré à Reuters que les autorités espéraient terminer d’ici trois jours une digue de cinq à sept mètres de haut et de 600 mètres de long, capable de contenir les 500.000 m3 de boues rouges que contient encore le bassin de rétention.

« C’est une course contre la montre car on prévoit du beau temps dans les prochains jours, mais après viendra la pluie. Si nous pouvons avoir terminé le barrage avant l’arrivée de la pluie, tout ira bien », a-t-elle dit.

Emplois menacés

Elle a ajouté que la boue encore présente dans le réservoir était plus épaisse que celle qui s’est écoulée lundi dernier et qu’en cas de nouvelle coulée, les autorités s’attendaient à ce que sa propagation soit plus lente et plus limitée.

Tibor Dobson, un autre porte-parole des secours, a précisé que le nombre de personnes évacuées de Kolontar, la localité la plus proche du réservoir, était passé dans la nuit à un millier.

À lire aussi

La ville voisine de Devecser, qui compte 5.400 habitants, restait en état d’alerte. L’armée a dépêché dans la ville 319 soldats et 127 véhicules de transport et cinq trains sont prêts au cas où une évacuation serait nécessaire.

Dobson a précisé qu’entre 400 et 500 personnes avaient décidé de quitter la ville mais qu’à ce stade, une évacuation était peu probable.

Le Premier ministre Viktor Orban informera lundi le Parlement des conclusions d’une enquête et il a promis « les conséquences les plus sévères possibles » pour qu’une telle catastrophe ne se reproduise pas.

Le ministère de l’Intérieur annonce par ailleurs sur son site internet que des échantillons prélevés dimanche montrent que les niveaux d’alcalinité du Danube et des petits cours d’eau affectés par la coulée de boue de lundi est revenue à la normale.

Dimanche soir, il ajoutait que les poissons morts flottant sur le Danube, près de Budapest, provenaient de la rivière Marcal, affluant du Danube, où la vie aquatique a été détruite par la pollution.

Orban a déclaré que le gouvernement ne déciderait pas avant lundi si Mart Zrt., l’entreprise propriétaire du réservoir endommagé, pourrait reprendre sa production.

Dans un communiqué publié dimanche, MAL écrit: « Si l’usine d’aluminium ne peut reprendre sa production d’ici un ou deux jours, les dégâts techniques et technologiques pourraient atteindre une ampleur qui pourrait rendre la production impossible à long terme.

« Cela peut entraîner une perte de marchés d’une ampleur mettant en question la viabilité de l’usine ».

Selon l’agence MTI, Tamas Szekely, président du syndicat de l’industrie chimique hongroise, a déclaré que fermer l’usine d’Ajka mettrait en péril le gagne-pain de 10.000 personnes dont l’emploi dépend directement ou indirectement de l’usine.

Première publication : 10/10/2010

  • HONGRIE

    Le village de Kolontar évacué par crainte d'une 2e inondation de boue toxique

    En savoir plus

  • HONGRIE

    La reconstruction après l'inondation de boue toxique pourrait prendre des mois

    En savoir plus

  • HONGRIE

    La coulée de boue toxique en images

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)