Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Remaniement ministériel : gouvernement de combat ou équipe de campagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Guerre en Syrie : accord fragile, situation humanitaire précaire

En savoir plus

TECH 24

Épiderme 3D, actrice bionique : la tech à fleur de peau

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris est-elle vraiment une fête ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Chute des bourses : le spectre de 2008 plane sur les marchés

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Nabil Ayouch

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Primaires américaines : que proposent les candidats ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Vidéo : le fantôme de Franco hante toujours l’Espagne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ludovic Tézier dans "Il Trovatore" de Verdi à l'Opéra Bastille

En savoir plus

Moyen-orient

Le gouvernement adopte l'allégeance à "l'État juif" pour les nouveaux citoyens

Vidéo par Shona Bhattacharyya

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/10/2010

Un projet d'amendement controversé contraignant les nouveaux citoyens non juifs à prêter allégeance à "l'État juif et démocratique d'Israël" a été approuvé dimanche par le gouvernement. La minorité arabe du pays qualifie ce texte de "raciste".

AFP - Le gouvernement israélien, dominé par la droite, a approuvé dimanche un projet d'amendement controversé contraignant les candidats non juifs à la citoyenneté israélienne à prêter allégeance à "l'Etat juif et démocratique d'Israël".

D'après un communiqué du bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu, 22 ministres ont approuvé cet amendement, et huit ont voté contre, dont les cinq du parti travailliste (centre gauche) du ministre de la Défense Ehud Barak autorisés à voter "selon leur conscience".

Trois ministres du Likoud de M. Netanyahu ont aussi désapprouvé ce texte : Benny Begin (sans portefeuille), Michaël Eytan (Services publics) et Dan Meridor (Services de renseignements).

Des ajouts au texte demandés par M. Barak et le ministre de la Justice Yaacov Neeman seront examinés ultérieurement, selon le communiqué.

Ce projet d'amendement doit encore faire l'objet de trois lectures au Parlement, où la coalition gouvernementale dispose d'une majorité écrasante de 74 élus sur un total de 120.

"Tous ceux qui veulent devenir des citoyens israéliens naturalisés devront déclarer qu'ils seront des citoyens loyaux de l'Etat d'Israël comme Etat juif et démocratique", a expliqué avant le vote M. Netanyahu.

"L'Etat d'Israël est l'Etat-nation du peuple juif, tout en étant un Etat démocratique dont tous les citoyens, juifs et non-juifs, bénéficient de droits totalement égaux", a ajouté le Premier ministre.

La minorité arabe d'Israël (20% de la population) qualifie ce texte de "raciste", notamment parce qu'il vise les Palestiniens voulant s'installer en Israël après s'être mariés avec des Arabes israéliens.

"C'est un message de Netanyahu et Lieberman (chef du parti ultra-nationaliste Israel Beiteinou) adressé aux Arabes d'Israël dans lequel ils leur signifient qu'ils ont intérêt à bien se conduire", a déploré Mouhammad Barakeh, député communiste arabe.

Pour Tzipi Livni, chef de l'opposition et dirigeante du parti centriste Kadima, "ce texte affaiblit Israël, ternit son image et inquiète nos concitoyens arabes".

Concrètement, l'amendement n'affecte qu'un petit nombre de personnes.

Mais, le ministre travailliste des Affaires sociales Yitzhak Herzog a dénoncé "des relents de fascisme". Son collègue chargé des minorités, Avishay Braverman, juge que "l'amendement n'a aucune raison d'être, si ce n'est de satisfaire aux arrangements politiques entre MM. Netanyahu et (Avigdor) Lieberman".

Relancé le 2 septembre à Washington après une suspension de 20 mois, les négociations de paix israélo-palestiniennes sont dans l'impasse depuis le refus d'Israël de prolonger fin septembre un moratoire de la colonisation juive en Cisjordanie occupée.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a prévenu qu'il ne négocierait pas sans "gel total" de la colonisation. La Ligue arabe a accordé un délai d'un mois aux Etats-Unis pour convaincre Israël d'accéder à cette demande.

Soumis à de fortes pressions internationales, M. Netanyahu pourrait compter sur M. Lieberman et les 15 élus d'Israël Beiteinou pour faire avaliser l'assouplissement de sa position sur la colonisation, selon les médias israéliens.

Dimanche soir, la Chaîne 10 a rapporté que le parti ultra-orthodoxe Shass avait levé son objection à un nouveau moratoire.

Israël Beiteinou souhaite que tous les Israéliens prêtent serment d'allégeance à l'Etat "juif et démocratique" avant de recevoir leur carte d'identité, et soient tenus à un service militaire ou un service d'utilité nationale. Les ressortissants arabes d'Israël sont exemptés de cette obligation, hormis ceux relevant de la minorité druze.

M. Netanyahu exige par ailleurs que dans un futur accord de paix les Palestiniens reconnaissent le caractère juif d'Israël, ce que ces derniers contestent, notamment car cela reviendrait à renoncer au droit au retour des réfugiés palestiniens chassés de leur terre au moment de la création d'Israël en 1948.

Première publication : 10/10/2010

  • PROCHE-ORIENT

    La Ligue arabe laisse un mois aux États-Unis pour sauver les négociations de paix

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Des raids aériens israéliens font quatre blessés à Gaza

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)