Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

EUROPE

Arrestation d'un dirigeant de la société à l'origine des boues toxiques

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/10/2010

La police a interpellé Zoltan Bakonyi, le directeur général de l'entreprise à l'origine de la catastrophe écologique qui touche la Hongrie. Le Premier ministre hongrois a estimé que la société devait être mise sous contrôle de l'État.

AFP - La police hongroise a interpellé le directeur général de MAL, la société propriétaire de l'usine à l'origine du grave accident chimique qui a fait sept morts et causé une catastrophe écologique dans le pays, a appris l'AFP lundi auprès du ministère de l'Intérieur.

Il s'agit de Zoltan Bakonyi, fils de l'un des propriétaires de la société, a-ton appris de même source.

Le Premier ministre Viktor Orban a indiqué plus tôt que la police avait interpellé un dirigeant de la société "et initié une procédure de mise en détention préventive", au cours d'une session plénière du parlement hongrois lundi à Budapest.

"La société responsable pour la catastrophe de boue rouge doit être mise sous contrôle de l'Etat", a ajouté le chef du gouvernement.

"Puisqu'il ne s'agit pas d'une catastrophe naturelle, mais de dégâts causés par des personnes, ce n'est pas aux contribuables de subir les coûts, mais à ceux qui ont causé les dommages", a-t-il encore souligné.

Le 4 octobre, la boue rouge toxique issue d'un réservoir fissuré de l'usine de bauxite-aluminium d'Ajka s'était déversée comme un raz-de-marée sur les villages des alentours. Les causes de l'accident, qui a fait aussi environ 150 blessés, restent à élucider.

MAL est sur la sellette, soupçonnée d'avoir surchargé ses réservoirs, ce que la société a de nouveau démenti lundi. "Pour l'instant, nous ne savons pas encore si la société avait surchargé les réservoirs ou non, mais si oui, c'est de l'entreposage illégal de déchets et c'est un crime", a déclaré lundi Zoltan Illes, le secrétaire d'Etat à l'environnement.

L'enquête de la police est toujours en cours. Les autorités ont saisi lundi des documents concernant les réservoirs dans les locaux de l'usine d'Ajka, a précisé le secrétaire d'Etat.

Première publication : 11/10/2010

  • HONGRIE

    Le village de Kolontar évacué par crainte d'une 2e inondation de boue toxique

    En savoir plus

  • HONGRIE

    La toxicité de la boue rouge s'atténue dans les eaux du Danube

    En savoir plus

  • HONGRIE

    La coulée de boue toxique en images

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)