Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

Economie

Google fait rouler des voitures sans conducteur

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 11/10/2010

Le géant de l’Internet a dévoilé son projet de voitures autonomes qui ont déjà roulé près de 225 000 kilomètres. Un programme qualifié par Google de révolutionnaire mais qui laisse les observateurs sceptiques quant au sens des priorités du groupe.

Google réinvente la voiture de la série américaine des années 80, "K-2000". Le géant de l’Internet a, en effet, dévoilé dimanche son projet de voiture sans conducteur. Un nouveau chantier, très éloigné du cœur de métier du moteur de recherche sur le Net, qui fascine et déroute à la fois.

"Larry Page et Sergei Brin ont fondé Google pour résoudre des problèmes liés à l’utilisation des technologies. Aujourd’hui, l’un des défis majeurs sur lequel nous travaillons est la sécurité routière", écrit sur le blog officiel de Google Sebastian Thrun, le Mr "voiture intelligente". Et le programme a déjà quelques kilomètres au compteur.

Engins du futur

Des Toyota Prius et Audi TT équipées du matériel nécessaire pour se passer de conducteurs ont d’ores et déjà parcouru près de 225 000 kilomètres autour de San Francisco. Ces voitures ont même descendu Lombard Street, l’une des plus serpentées de la ville. Et tout ça sans accrocs, assure Google.

Ces engins du futur qui sillonnent depuis plusieurs semaines San Francisco ressemblent à s’y méprendre aux fameuses voitures utilisées pour le programme Google Street View. De banales autos avec un radar sur le toit. Mais l’intérieur recèle de trésors de technologies dignes des chevauchées de Michael Knight (le héros de "K2000").

Elles embarquent un véritable ordinateur de bord relié aux serveurs de Google, leur GPS est dopé avec de multiples capteurs qui doivent leur permettre de réagir bien plus vite qu’un conducteur humain. Il est même possible de programmer chacune de ces voitures en fonction de son style de conduite, de prudent à "agressif".

Avec tout cet arsenal technologique, ces voitures intelligentes s’arrêtent au feu rouge, au stop et réagissent en fonction de la distance qui les sépare des autres véhicules. Pour autant, il y a toujours un pilote dans le "cockpit". Le conducteur humain peut à tout moment reprendre le contrôle de son véhicule en cas de situation imprévues… ou de défaillance du système.

Pas prêt d’aboutir

Le but affiché de Google serait de construire un monde plus "vert" et plus sûr. La machine est censée être plus réactive que l’homme et de ce fait, les constructeurs n’auraient plus besoin de fabriquer des carrosseries aussi imposantes pour protéger les passagers. Des voitures plus fines signifieraient alors des économies d’énergie. Google estime également que de telles automobiles pourraient, en outre, réduire de 50% les accidents mortels de la route.

Un projet qui, s’il a l’air séduisant, n’est pas prêt d’aboutir. Les spécialistes, comme le rappelle le New York Times, estiment que la construction en série de ce genre de véhicules ne pourra pas se faire avant au minimum 8 ans. Il faudra ensuite attendre que le législateur se mette à la page. Pour l’instant, en effet, le code de la route ne prévoit pas le cas de voitures roulant toutes seules.

Un projet à moyen-long terme qui déroute les spécialistes du secteur à l’heure où Google doit faire face à une concurrence de plus en plus accrue. "Tout ça est sûrement très cool, mais les 15 millions de dollars investis auraient probablement pu être mieux dépensés dans l’amélioration des produits qui rapportent vraiment de l’argent à Google", résume Silicon Insider, le site spécialisé dans l’économie de la Silicon Valley. En somme, ces observateurs craignent que le "hobby du co-fondateur [de Google] Larry Page" ne fasse perdre au groupe son sens des priorités.

Première publication : 11/10/2010

COMMENTAIRE(S)