Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

Economie

Google fait rouler des voitures sans conducteur

©

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 11/10/2010

Le géant de l’Internet a dévoilé son projet de voitures autonomes qui ont déjà roulé près de 225 000 kilomètres. Un programme qualifié par Google de révolutionnaire mais qui laisse les observateurs sceptiques quant au sens des priorités du groupe.

Google réinvente la voiture de la série américaine des années 80, "K-2000". Le géant de l’Internet a, en effet, dévoilé dimanche son projet de voiture sans conducteur. Un nouveau chantier, très éloigné du cœur de métier du moteur de recherche sur le Net, qui fascine et déroute à la fois.

"Larry Page et Sergei Brin ont fondé Google pour résoudre des problèmes liés à l’utilisation des technologies. Aujourd’hui, l’un des défis majeurs sur lequel nous travaillons est la sécurité routière", écrit sur le blog officiel de Google Sebastian Thrun, le Mr "voiture intelligente". Et le programme a déjà quelques kilomètres au compteur.

Engins du futur

Des Toyota Prius et Audi TT équipées du matériel nécessaire pour se passer de conducteurs ont d’ores et déjà parcouru près de 225 000 kilomètres autour de San Francisco. Ces voitures ont même descendu Lombard Street, l’une des plus serpentées de la ville. Et tout ça sans accrocs, assure Google.

Ces engins du futur qui sillonnent depuis plusieurs semaines San Francisco ressemblent à s’y méprendre aux fameuses voitures utilisées pour le programme Google Street View. De banales autos avec un radar sur le toit. Mais l’intérieur recèle de trésors de technologies dignes des chevauchées de Michael Knight (le héros de "K2000").

Elles embarquent un véritable ordinateur de bord relié aux serveurs de Google, leur GPS est dopé avec de multiples capteurs qui doivent leur permettre de réagir bien plus vite qu’un conducteur humain. Il est même possible de programmer chacune de ces voitures en fonction de son style de conduite, de prudent à "agressif".

Avec tout cet arsenal technologique, ces voitures intelligentes s’arrêtent au feu rouge, au stop et réagissent en fonction de la distance qui les sépare des autres véhicules. Pour autant, il y a toujours un pilote dans le "cockpit". Le conducteur humain peut à tout moment reprendre le contrôle de son véhicule en cas de situation imprévues… ou de défaillance du système.

Pas prêt d’aboutir

Le but affiché de Google serait de construire un monde plus "vert" et plus sûr. La machine est censée être plus réactive que l’homme et de ce fait, les constructeurs n’auraient plus besoin de fabriquer des carrosseries aussi imposantes pour protéger les passagers. Des voitures plus fines signifieraient alors des économies d’énergie. Google estime également que de telles automobiles pourraient, en outre, réduire de 50% les accidents mortels de la route.

Un projet qui, s’il a l’air séduisant, n’est pas prêt d’aboutir. Les spécialistes, comme le rappelle le New York Times, estiment que la construction en série de ce genre de véhicules ne pourra pas se faire avant au minimum 8 ans. Il faudra ensuite attendre que le législateur se mette à la page. Pour l’instant, en effet, le code de la route ne prévoit pas le cas de voitures roulant toutes seules.

Un projet à moyen-long terme qui déroute les spécialistes du secteur à l’heure où Google doit faire face à une concurrence de plus en plus accrue. "Tout ça est sûrement très cool, mais les 15 millions de dollars investis auraient probablement pu être mieux dépensés dans l’amélioration des produits qui rapportent vraiment de l’argent à Google", résume Silicon Insider, le site spécialisé dans l’économie de la Silicon Valley. En somme, ces observateurs craignent que le "hobby du co-fondateur [de Google] Larry Page" ne fasse perdre au groupe son sens des priorités.

Première publication : 11/10/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)