Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Obama: le discours qui fait mouche

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début du "sommet de la réconciliation" entre le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire

En savoir plus

FOCUS

En Inde, des femmes se mobilisent contre l'alcool

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Communication digitale : de l'influence à la propagande

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Gad Elmaleh, le roi de l’humour, vit son rêve américain

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Hillary Clinton, candidate mal aimée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

JO : les Brésiliens sceptiques, à 8 jours du coup d'envoi

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ci-gît la démocratie turque"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Anticonstitutionnellement"

En savoir plus

Economie

Microsoft refuse de sombrer et lance Windows Phone 7

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 11/10/2010

Le géant de l’informatique sort, ce lundi, un nouveau système d’exploitation pour téléphones portables afin de combler son retard et de rattraper les grosses pointures du secteur que sont devenus Apple et Google.

Est-ce l’opération de la dernière chance pour Microsoft ? Le géant de l’informatique repart à l’attaque du marché des smartphones avec le lancement de sa dernière création Windows Phone 7, ce lundi. Un nouveau système d’exploitation pour téléphones intelligents qui est censé grignoter des parts de marché à l’iPhone d’Apple et aux smartphones qui fonctionnent sous Android de Google.

Depuis qu’Apple a révolutionné et simplifié l’usage de ces téléphones haut de gamme avec l’iPhone en 2007, Microsoft n’a fait que perdre du terrain. En 2010, les smartphones fonctionnant sous Windows ne représentent que 4,7% des parts de marché, loin derrière les stars Android et Apple, selon le cabinet d’études américain Gartner. Une sacrée dégringolade puisqu’en 2009, Microsoft s’accrochait encore – quoique péniblement – à la barre des 10%.

Repartir à zéro

Le géant de Redmond dans l'État de Washington compte inverser la tendance en repartant de zéro. "Il y a 18 mois nous avons appuyé sur le bouton redémarrage pour tout réinventer", assure Nicolas Petit, directeur marketing de la division Internet grand public de Microsoft France.

Le PDG de Microsoft, Steve Ballmer, veut faire table rase et s'appuyer sur les deux grandes tendances du moment : les applications et les médias sociaux. Windows 7 phone n’a en effet rien à voir avec les précédentes versions du logiciel phare de Microsoft pour les téléphones portables. L’interface a été complètement revue et corrigée pour offrir un accès rapide à Facebook, Twitter & co. Sans oublier l’arme secrète de Microsoft : la communauté des joueurs sur la Xbox Live, la plateforme de jeux en réseau qui compte plus d’un million d’abonnés, et qui sera directement accessible sur Windows 7 Phone.

Marché vital

Pas question de passer à côté de la mine d’or des applications. L’AppStore d’Apple explique pour beaucoup le succès des iPhone : météo, jeux vidéo et autres fils d’info, tout le monde peut trouver son application dans cet univers grandissant... L’absence de soutien des développeurs d’applications au dernier smartphone de Palm est l’une des principales raisons de son échec.

Si la feuille de route est clairement définie, reste à savoir si Microsoft n’arrive pas un peu tard dans la course. "Ce n’est pas un sprint et avoir huit mois de retard n’est pas grave", assure Nicolas Petit. Il rappelle également qu’en France "85% des utilisateurs n’ont pas encore de smartphones". Et surtout, les grands constructeurs - les HTC, Samsung et LG - ont signé pour produire des téléphones fonctionnant sous Windows 7 Phone.

Les analystes, quant à eux, sont moins optimistes. Le cabinet d’études Gartner prévoit que les ventes de téléphones Windows remontent à 5,2% en 2011 avant de retomber une fois l’effet d’annonce passé. Le marché des smartphones pourrait pourtant être vital pour Steve Ballmer & Co. En effet, grâce à lui notamment, Google et Apple devraient connaître une croissance de leurs revenus de 20 à 40% l’an prochain. Pour l’heure, et sans l'effet escompté "Windows Phone 7", la croissance prévue pour Microsoft n’est que de 10%.

Première publication : 11/10/2010

COMMENTAIRE(S)