Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Fin de règne au Burkina Faso

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Coup d'état au Burkina Faso

En savoir plus

DÉBAT

Violences au Burkina Faso : vers un nouveau coup d'état ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise au Burkina Faso : l’état de siège déclaré (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Tibéhirine : "Nous voudrions expertiser" les prélèvements, dit Trévidic

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Inès Boujbel, PDG de Deyma

En savoir plus

POLITIQUE

Drame de Sivens : Placé dénonce "l’absence absolue d’empathie" du gouvernement

En savoir plus

POLITIQUE

Bruno Le Roux : il est "indigne" de servir du drame de Sivens

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion? (partie 2)

En savoir plus

EUROPE

Prison à vie pour le policier qui avait abattu un lycéen en décembre 2008

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/10/2010

Reconnu coupable "d'homicide volontaire avec intention de tuer" après avoir abattu un lycéen en 2008, le policier Epaminondas Korkonéas a été condamné à la prison à vie. La mort du jeune homme avait déclenché d'importantes émeutes à Athènes.

AFP - Le policier grec accusé d'avoir tué un lycéen en décembre 2008 à Athènes, déclenchant plus d'un mois de violences urbaines, a été reconnu coupable lundi "d'homicide avec intention de donner la mort" et passible de la prison à vie, à l'issue de neuf mois de procès.

La cour d'assises d'Amfissa, une bourgade du centre de la Grèce, devait se prononcer plus tard dans la journée sur la peine.

La cour a décidé à la majorité de retenir contre le policier Epaminondas Korkonéas, 38 ans, l'intention de donner la mort, et suivant le réquisitoire du parquet, ne lui a reconnu aucune circonstance atténuante.

La défense avait imputé le drame à un "accident tragique", affirmant que le policier tentait de repousser une agression des jeunes.

Le policier avait tiré trois balles avec son arme de service en direction d'un groupe de jeunes alors qu'il patrouillait le soir du 6 décembre 2008 dans le quartier contestataire d'Exarchia dans le centre d'Athènes.

Formée de trois margistrats et de quatre jurés, la cour a également reconnu coupable de complicité le second accusé, Vassilios Saraliotis, 32 ans, qui faisait équipe avec Korkonéas.

Les familles de la victime, Alexis Grigoropoulos, 15 ans, et celles des accusés ont accueilli la décision dans le calme, dans un prétoire plein, et alors que d'importantes forces policières étaient déployées autour du tribunal pour prévenir tout incident.

Le procès avait été délocalisé à Amfissa pour prévenir tout regain de violences à Athènes, qui avait été en proie à des semaines de troubles urbains après la mort de l'adolescent, l'affaire ayant radicalisé une frange contestatrice de la jeunesse grecque.

Première publication : 11/10/2010

  • GRÈCE

    À Athènes, des milliers de fonctionnaires défilent contre le plan d'austérité

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Affrontements entre la police et des manifestants à Athènes

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Nouveaux heurts entre jeunes et policiers à Athènes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)