Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

EUROPE

Prison à vie pour le policier qui avait abattu un lycéen en décembre 2008

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/10/2010

Reconnu coupable "d'homicide volontaire avec intention de tuer" après avoir abattu un lycéen en 2008, le policier Epaminondas Korkonéas a été condamné à la prison à vie. La mort du jeune homme avait déclenché d'importantes émeutes à Athènes.

AFP - Le policier grec accusé d'avoir tué un lycéen en décembre 2008 à Athènes, déclenchant plus d'un mois de violences urbaines, a été reconnu coupable lundi "d'homicide avec intention de donner la mort" et passible de la prison à vie, à l'issue de neuf mois de procès.

La cour d'assises d'Amfissa, une bourgade du centre de la Grèce, devait se prononcer plus tard dans la journée sur la peine.

La cour a décidé à la majorité de retenir contre le policier Epaminondas Korkonéas, 38 ans, l'intention de donner la mort, et suivant le réquisitoire du parquet, ne lui a reconnu aucune circonstance atténuante.

La défense avait imputé le drame à un "accident tragique", affirmant que le policier tentait de repousser une agression des jeunes.

Le policier avait tiré trois balles avec son arme de service en direction d'un groupe de jeunes alors qu'il patrouillait le soir du 6 décembre 2008 dans le quartier contestataire d'Exarchia dans le centre d'Athènes.

Formée de trois margistrats et de quatre jurés, la cour a également reconnu coupable de complicité le second accusé, Vassilios Saraliotis, 32 ans, qui faisait équipe avec Korkonéas.

Les familles de la victime, Alexis Grigoropoulos, 15 ans, et celles des accusés ont accueilli la décision dans le calme, dans un prétoire plein, et alors que d'importantes forces policières étaient déployées autour du tribunal pour prévenir tout incident.

Le procès avait été délocalisé à Amfissa pour prévenir tout regain de violences à Athènes, qui avait été en proie à des semaines de troubles urbains après la mort de l'adolescent, l'affaire ayant radicalisé une frange contestatrice de la jeunesse grecque.

Première publication : 11/10/2010

  • GRÈCE

    À Athènes, des milliers de fonctionnaires défilent contre le plan d'austérité

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Affrontements entre la police et des manifestants à Athènes

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Nouveaux heurts entre jeunes et policiers à Athènes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)