Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Show à Whirlpool"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Marine Le Pen et Emmanuel Macron ou le bras de fer de la communication politique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Marcus Miller sur la scène du festival de jazz de St Louis

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine le Pen et Emmanuel Macron face aux salariés de Whirlpool

En savoir plus

FOCUS

Tchétchénie : des homosexuels persécutés se confient

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Django", "Aurore", "Après la tempête" : les sorties ciné de la semaine

En savoir plus

FACE À FACE

Présidentielle 2017 : deux France en duel

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, le président du renoncement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump déclare une guerre commerciale au Canada

En savoir plus

Economie

Free obtient la quatrième licence française pour les forfaits mobiles 3G

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/10/2010

Faisant fi des objections formulées par les trois opérateurs historiques de l'Hexagone, le Conseil d'État a validé l'attribution de la quatrième licence 3G à Free Mobile. Le nouvel arrivant commencera à offrir des forfaits mobile en 2012.

REUTERS - L'Arcep, le régulateur français des télécoms, a annoncé mardi que le Conseil d'Etat avait validé l'ensemble de la procédure d'attribution de la quatrième licence mobile de troisième génération à Free Mobile, filiale du groupe Iliad.

Free Mobile avait remporté cette licence en décembre 2009 pour 240 millions d'euros. ll compte démarrer ses activités commerciales en 2012.

S'estimant défavorisés, les opérateurs Orange (groupe France Télécom), SFR (Groupe Vivendi) et Bouygues Telecom (groupe Bouygues) avaient porté plainte.

"Plusieurs requêtes ont été présentées devant le Conseil d'Etat tendant à l'annulation de la procédure d'attribution de la quatrième licence de téléphonie mobile de troisième génération, soutenant que les divers actes de la procédure étaient illégaux", explique l'Arcep dans un communiqué.

"Par une décision en date du 12 octobre 2010, le Conseil d'Etat a rejeté l'ensemble de ces requêtes", ajoute le régulateur. "Le Conseil d'Etat a jugé que la détermination du montant de la redevance fixe due par le quatrième opérateur à 240 millions d'euros n'était ni sous-évaluée ni discriminatoire par rapport au montant versé en 2001-2002 pour les trois opérateurs mobiles en place (619 millions d'euros)", poursuit l'Arcep.

Le régulateur note que Free Mobile a bénéficié d'une quantité de "spectre" (capacité de réseau) plus faible et qu'il a effectué son entrée sur le marché mobile avec un retard d'une dizaine d'années par rapport à ses concurrents.

Vers 16h30, l'action Iliad progressait de 1,22% à 78,94 euros à la Bourse de Paris.

Première publication : 12/10/2010

COMMENTAIRE(S)