Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

  • En direct : suivez le match PSG - FC Barcelone

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Manifestations à Hong Kong : Pékin prive les Chinois d’informations sur Internet

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

Moyen-orient

Controverse à Beyrouth autour de la visite d’Ahmadinejad

Vidéo par Pamela KESROUANI

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 13/10/2010

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad entame mercredi une visite officielle au Liban qui ne fait pas l'unanimité à Beyrouth. Le dirigeant iranien doit effectuer un déplacement dans le sud du pays, à la frontière d'Israël.

Le Hezbollah l’attend avec enthousiasme. Mais la première visite officielle au Liban du président iranien Mahmoud Ahmadinejad est loin de faire l’unanimité à Beyrouth. La confirmation de sa venue, au cours du mois d’août, avait même provoqué une controverse tant la scène politique et l’opinion publique libanaises sont divisées sur cette question. "Cette visite ne peut que nuire à l’image du Liban où sera reçu un chef d’État qui est en conflit ouvert avec la communauté internationale et qui est rejeté au sein même de son pays après une réélection contestée", regrette Samir Frangié, ancien député et membre de l’alliance politique majoritaire au parlement libanais.

Ahmadinejad à la frontière avec Israël


Le président iranien s'entretiendra, pendant sa visite de deux jours, avec son homologue libanais Michel Sleimane et le Premier ministre Saad Hariri. Des accords portant sur le prêt de 450 millions de dollars, accordé par Téhéran au Liban, pour investir notamment dans l'électricité et l'eau seront signés lors de cette visite. Ahmadinejad compte également se rendre jeudi dans le sud du Liban, le fief du Hezbollah, non loin de la frontière avec Israël, où il doit prononcer un discours. Un geste perçu comme une provocation par la majorité parlementaire libanaise. "Sa présence aux abords de la frontière ressemble à une provocation et l’État hébreu peut prendre prétexte de cette visite pour porter un coup à la stabilité du pays", regrette Samir Frangié,  interrogé par France24.com.

Lâcher de ballons aux couleurs des deux pays dans le ciel de Beyrouth - Photo : Pamela Kesrouani



Le parti d’Hassan Nasrallah, qui prépare un accueil chaleureux au dirigeant iranien, ne voit pas les choses de la même manière. Ce dernier a exhorté, samedi, les Libanais à "participer massivement aux événements organisés durant la visite" pour remercier l’Iran de son soutien "moral et politique" après le conflit de 2006. "La visite du président iranien est une preuve de l'amitié et du soutien que Téhéran accorde au Liban, que ce soit à la résistance, à l'armée ou encore aux institutions" a déclaré de son côté le numéro 2 du Hezbollah, Naïm Kassem. Fondé en 1982 sous l'impulsion des Gardiens de la Révolution iraniens pour lutter contre l’invasion israélienne du Sud-Liban, le "parti de Dieu" n’a jamais caché sa filiation avec le régime iranien.

"Ahmadinejad n’est pas un président ordinaire"

Malgré le retrait des troupes israéliennes en 2000 après 22 ans d'occupation, le Hezbollah a conservé son arsenal au nom "de la résistance contre l’ennemi sioniste". Depuis, le seul parti armé du Liban est suspecté par ses détracteurs de vouloir étendre l'influence iranienne dans le pays, à défaut d’y instaurer un régime islamique. Il est également accusé d’être une base avancée de l’Iran au Moyen-Orient et de calquer son agenda sur celui de Téhéran. Des arguments qui ont toujours été réfutés par ses dirigeants. "Ahmadinejad n’est pas un président ordinaire, tout comme sa visite puisqu’il est reçu par le parti libanais qu’il arme et qu’il finance. De plus, en déclarant il y a quelques années que le Liban sera le cimetière des États-Unis ou que la destruction d’Israël passe par le pays du Cèdre, il fait porter au pays une charge qu’il ne peut pas supporter", développe Samir Frangié à France24.com.

L'Iran puissance régionale
Cette visite controversée intervient alors que le pays du Cèdre traverse une crise politique majeure depuis plusieurs semaines. Le camp du Premier ministre sunnite Saad Hariri s’oppose au Hezbollah chiite, au sujet du tribunal spécial de l'ONU chargé d'enquêter sur l'assassinat de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri, en 2005. Le parti chiite assure que certains de ses membres vont être accusés par le TSL car, selon lui, l’institution judiciaire est "politisée" et "à la solde d'Israël". Une tension qui fait craindre une flambée de violences entre sunnites et chiites, à l’instar des combats urbains de mai 2008 qui avaient opposé les militants du Hezbollah à des partisans de Saad Hariri.

 

Première publication : 12/10/2010

COMMENTAIRE(S)