Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Asie - pacifique

D'anciens cadres du Parti communiste chinois appellent à la levée de la censure

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/10/2010

Vingt-trois anciens hauts dignitaires du Parti communiste chinois (PCC) ont publié sur le Net une lettre exhortant le gouvernement à ouvrir la voie vers plus de démocratie. Peu après sa publication, le document a été censuré par le pouvoir.

"L'article 35 de la Constitution chinoise adoptée en 1982 l'indique clairement : 'les citoyens de la République populaire de Chine jouissent de la liberté d'expression, de publication, de réunion, d'association et de manifestation.' Mais en 28 ans, cet article n'a jamais été respecté." C'est ainsi que débute la lettre ouverte rédigée par 23 anciens hauts dignitaires du Parti communiste chinois (PCC) à l'attention du bureau permanent de l'Assemblée nationale. Publiée sur Internet le 1er octobre, jour de la fête nationale, la missive a rapidement été censurée par le gouvernement.

"La liberté d'expression et de la presse dont nous jouissons aujourd'hui est bien moindre que celle dont Hong Kong bénéficiait avant qu'elle ne soit rétrocédée à la Chine [en 1997]", peut-on également lire sur le document qui a été traduit en anglais sur le site Internet Chinese Media Project.

Dans un style direct et acerbe, les 23 signataires appellent le gouvernement chinois à mettre fin à la censure à laquelle sont soumis les médias et Internet, à garantir le droit d'exercer des journalistes et à lever tous les tabous qui entourent l'histoire du PCC. En Chine, le pouvoir contrôle étroitement la presse, l'édition et le Web. Les opinions critiques à l'égard du gouvernement ou des droits de l'Homme dans le pays sont régulièrement censurés.

La presse chinoise muette

Parmi les signataires figurent Li Rui, ancien secrétaire personnel de Mao Zedong, fondateur de la République populaire de Chine, et Hu Jiwei, ancien rédacteur en chef du "Quotidien du peuple", l'organe de presse officiel du PCC. Ces vétérans du Parti, connus pour leurs vues réformistes, n'en sont pas à leur premier coup d'essai. En janvier déjà, quatre d'entre eux avaient pris leur plume pour critiquer la condamnation à 11 ans de prison du dissident Liu Xiaobo, le lauréat 2010 du prix Nobel de la paix.

Dans leur dernière lettre, les anciens cadres du PCC rappellent que le Premier ministre, Wen Jiabao, s'est à plusieurs reprises exprimé en faveur de la liberté d'expression sans que la presse nationale s'en fasse l'écho. "La liberté de parole est indispensable à toutes les nations. La Constitution chinoise prévoit de doter le peuple de la liberté de parole. On ne peut faire obstacle à la demande du peuple pour la démocratie", avait déclaré le chef du gouvernement lors d'un entretien accordé le 3 octobre dernier à la chaîne américaine CNN. Des propos qui n'avaient pas été diffusés en Chine.

La mise en ligne de cette lettre ouverte est intervenue quelques jours avant l'attribution du  Nobel de la paix à Liu Xiaobo, que la presse chinoise a bien pris soin de taire. Depuis, la censure s'est encore un peu plus renforcée. Selon l’Independent Chinese Pen Center, une organisation qui lutte pour la liberté d'expression, au moins 40 militants des droits de l’Homme et journalistes sont détenus ou ont été interrogés pour avoir tenté de célébrer cette nouvelle.

Première publication : 13/10/2010

  • PRIX NOBEL

    Liu Xia veut se rendre à Oslo pour recevoir le Nobel de son époux

    En savoir plus

  • Prix Nobel de la paix

    Le dissident chinois emprisonné, Liu Xiaobo, apprend la nouvelle de son prix par sa femme

    En savoir plus

  • PRIX NOBEL

    La presse chinoise dénonce l'attribution du Nobel de la paix à Liu Xiaobo

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)