Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Économie britannique : George Osborne tente de rassurer

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En fait, on ne voulait pas vraiment dire 'partir'"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Pour une Europe du peuple"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

FRANCE

Le directeur de la gendarmerie nie l'existence d'un fichier sur les Roms

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/10/2010

Dénonçant une "tentative de déstabilisation", le directeur général de la gendarmerie nationale, Jacques Mignaux, a nié l'existence d'un fichier ethnique sur les Roms. Quatre associations ont déposé plainte il y a une semaine contre ce "fichier".

AFP - Le directeur général de la gendarmerie nationale (DGGN), le général Jacques Mignaux, a démenti mercredi l'existence de tout fichier ethnique de la gendarmerie visant Roms et gens du voyage, dénonçant une "tentative de déstabilisation" après le dépôt de plainte d'associations.

"J'entends mettre fin à des allégations" tendant "à jeter le discrédit sur notre institution", a déclaré le général Mignaux lors de son audition mercredi matin par la commission des Lois de l'Assemblée nationale sur la question des fichiers détenus par ses services.

"Les gendarmes vivent mal ces mises en cause", a-t-il ajouté. "La gendarmerie n'a rien à cacher" et est "blessée par cette tentative de déstabilisation".

Le DGGN a indiqué vouloir "répondre en toute transparence" après les contrôles effectués par la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) depuis vendredi sur le supposé fichier de gendarmerie Minorités étrangères non sédentarisées (Mens) concernant les Roms, dénoncé par quatre associations de défense des gens du voyage.

Selon le général Mignaux, la Cnil "a procédé à une enquête" dans les services concernés de la gendarmerie constatant "de manière incontestable", selon lui, "l'absence de toutes bases de données (...) utilisant des critères ethniques".

"Je considère que (son) intervention devrait permettre de rétablir la vérité sur ce point", a dit le général pour qui Mens est un "acronyme, un vocable utilisé pour faciliter le classement et l'échange d'informations et non pour constituer des fiches".

"Mens n'est plus opportun et je donnerai des instructions" pour qu'il soit "remplacé par délinquance d'habitude", a par ailleurs annoncé le DGGN.

Il n'y a "pas de fichier non déclaré" et il y a un "suivi (des fichiers de gendarmerie)", a aussi dit le général.

"Nous marchons vers une bonne gouvernance et "avons relevé des comportements anormaux", a-t-il cependant précisé, ajoutant: "nous allons créer des identifiants" avec une "traçabilité" pour chaque gendarme enquêteur afin d'"être le plus transparent possible".

Les quatre associations ont déposé plainte il y a une semaine contre un "fichier" de gendarmerie Mens qu'elles jugent "ethnique", "illégal" et "non déclaré".

Première publication : 13/10/2010

  • EXCLUSIVITÉ FRANCE 24

    Des Roms ont subi des tests ADN, selon la Ligue des droits de l'Homme

    En savoir plus

  • COMMISSION EUROPÉENNE

    "Les procédures d'infraction aboutissent rarement à une condamnation"

    En savoir plus

  • COMMISSION EUROPÉENNE

    La Commission ménage la France dans le dossier des Roms

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)