Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigéria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Déficit public : la France tiendra-t-elle ses engagements?

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Valls : opération séduction

En savoir plus

  • Naufrage d’un ferry en Corée du Sud : plusieurs morts et une centaine de disparus

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

  • Hillsborough : 25 ans après, Liverpool demande toujours justice pour les victimes

    En savoir plus

  • Amnesty International accuse l'Algérie de violer les droits de l'Homme

    En savoir plus

  • Obama à Poutine : les insurgés de l’est de l’Ukraine doivent poser les armes

    En savoir plus

  • Michel Foucher : "Dans l'Est, les gens se sentent ukrainiens"

    En savoir plus

Afrique

Les candidats à la présidentielle ivoirienne entrent en campagne

©

Vidéo par Tatiana MOSSOT

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/10/2010

Le coup d’envoi de la campagne électorale pour le premier tour de la présidentielle doit être donné ce vendredi. Reporté à sept reprises depuis 2005, le scrutin, prévu le 31 octobre, doit mettre fin à onze années d'instabilité politique.

En cinq ans, les Ivoiriens n’ont jamais été aussi proches d’une élection présidentielle. Ce vendredi, les autorités donnent le coup d’envoi de la campagne électorale. Après une décennie de crise politique, le premier tour du scrutin, prévu le 31 octobre, s’annonce historique : pour la première fois depuis l’indépendance du pays en 1960, le vote ne devrait pas être pollué par des manœuvres politico-électorales.

Cette élection pourrait par ailleurs marquer la fin de onze années d'une profonde instabilité politique provoquée par le coup d’État de Noël contre Henri Konan Bédié, le 24 décembre 1999. "Pour la première fois depuis plusieurs années, il n’y a aucun blocage politique à l’élection, raconte Marco Oved, correspondant de RFI à Abidjan. Le seul obstacle qui pourrait subsister est d’ordre logistique". Près de six millions de cartes d’électeurs doivent en effet être distribuées d’ici au 31 octobre, et 20 000 bureaux de vote doivent être installés aux quatre coins du pays, y compris dans les villages les plus reculés.

Selon un diplomate cité par l’AFP, "on ne devrait pas savoir avant le 25 octobre si tout sera prêt". Les observateurs restent cependant optimistes quant à l’imminence du scrutin : si les problèmes logistiques persistent, le vote ne devrait être décalé que de deux semaines au maximum.

Les Ivoiriens restent méfiants

Pour l’heure toutefois, dans les rues d’Abidjan, l’ambiance demeure très calme. Rien ne laisse penser que les Ivoriens sont appelés aux urnes dans deux semaines : il n'y a pas d’affiches sur les murs, ni de militants défendant les couleurs de leurs partis. Dans l'attente d'une élection présidentielle maintes fois reportée, les électeurs restent méfiants... "Les gens sont contents, ils ont envie d’aller voter, mais il y a tellement longtemps qu’on leur promet un scrutin qu’ils attendent désormais de mettre leur bulletin dans l’urne pour y croire, reprend Marco Oved. Tous s’investissent cependant dans le processus électoral ; ils sont capables de faire la queue pendant trois ou quatre heures d'affilée pour obtenir leur carte d’électeur."

Depuis 2005, fin théorique du mandat de l'actuel président Laurent Gbagbo, l’élection présidentielle ivoirienne a en effet été repoussée à sept reprises. À l'époque, celle-ci n'avait pu se tenir car le pays restait coupé en deux, à la suite de la tentative de putsch perpétrée par les rebelles des Forces nouvelles (FN) en 2002. Il a fallu attendre le mois de mars 2007 et la signature des accords de Ouagadougou pour qu'une solution politique à la crise se dessine.

À 65 ans, le président sortant Laurent Gbagbo, qui défend les couleurs du Front populaire ivoirien (FPI), part favori du scrutin. Il aura notamment face à lui les deux autres poids lourds de la politique ivoirienne : Alassane Dramane Ouattara, candidat du Rassemblement des républicains (RDR) qui fut le seul et unique Premier ministre de feu Felix Houphouët-Boigny entre 1990 et 1993, et Henri Konan Bédié, le leader du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), qui dirigea le pays entre 1993 et 1999.
 

Première publication : 14/10/2010

  • CÔTE D'IVOIRE

    Un membre de l'opposition nommé à la tête de la nouvelle commission électorale

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    L'opposition menace de manifester jusqu'à la mise en place de la commission électorale

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)