Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : les lendemains qui déchantent pour l'Europe ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Quelles conséquences à la dégradation de la note britannique ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

LafargeHolcim va enquêter sur son usine en Syrie

En savoir plus

EUROPE

Retour progressif des habitants de Kolontar

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/10/2010

Plus de dix jours après la coulée de boue toxique qui s'est déversée dans leur village, provoquant 9 morts, les habitants de Kolontar commencent à revenir chez eux. Ils avaient été évacués samedi d'urgence, par crainte d'une seconde coulée.

AFP - Les habitants de Kolontar, où une coulée de boue toxique s'est déversée le 4 octobre, revenaient progressivement chez eux vendredi après avoir été évacués d'urgence samedi dernier, a constaté un journaliste de l'AFP.

"L'espoir meurt en dernier, donc j'espère que les choses vont finir par s'arranger, même si j'ai tout perdu", a déclaré à l'AFP Ferenc Farkas, 84 ans, qui attendait dans la ville d'Ajka le bus qui devait le ramener à Kolontar.

Quelque 800 habitants de Kolontar avaient été évacués d'urgence samedi tôt dan

À lire aussi

s la matinée, car les autorités craignaient une deuxième coulée de boue toxique. La première inondation, consécutive à la rupture d'un réservoir de l'usine de bauxite-aluminium d'Ajka, à 160 km de Budapest, a fait 9 morts et 150 blessés.

"Je suis né à Kolontar et c'est ici que je vais mourir: je n'ai jamais pensé partir", déclare M. Farkas.

"Je voudrais que l'usine ne redémarre plus jamais, mais je sais qu'il y va du travail de milliers de personnes", a de son côté confié Katalin Szaldi, 63 ans, qui retourne aussi à Kolontar.

L'usine MAL, à l'origine de l'accident, aurait dû reprendre sa production à midi vendredi. La société MAL, qui était propriétaire de l'usine, est passée sous le contrôle de l'Etat qui l'a nationalisée mardi.

Mais le redémarrage a pris du retard en raison de "problèmes administratifs", a expliqué Timea Petroczi, une porte-parole des services de lutte contre les catastrophes, qui a promis de nouvelles informations en fin d'après-midi.

D'autres personnes ont en revanche décidé de tirer un trait sur leur vie à Kolontar. Les grand-parents d'Anastasie et Sandor Takacs, 10 et 11 ans, confient qu'il ne veulent pas mettre en danger la vie de leur petits-enfants, qu'ils élèvent depuis leur naissance.

A Kolontar, la boue rouge a détruit 35 maisons. Pour protéger le village d'une éventuelle deuxième inondation, les autorités ont fait construire un système de digues, qui dévierait le cours de la boue toxique en cas de nouvelle coulée.

Première publication : 15/10/2010

  • HONGRIE

    L'État hongrois prend le contrôle de l'entreprise à l'origine des boues toxiques

    En savoir plus

  • HONGRIE

    La construction de la digue à Kolontar devrait s'achever lundi soir

    En savoir plus

  • HONGRIE

    Le village de Kolontar évacué par crainte d'une 2e inondation de boue toxique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)