Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

Amériques

Michelle Obama à la rescousse du camp démocrate

Texte par Jon FROSCH

Dernière modification : 15/10/2010

Fini le temps où elle était caricaturée comme une "femme noire énervée". Michelle Obama est désormais courtisée par les démocrates, qui espèrent que son image consensuelle leur permettra de limiter la casse aux élections de mi-mandat.

Au début de la campagne présidentielle de Barack Obama, en 2008, les conseillers du candidat démocrate à la Maison Blanche s’inquiétaient de l’image négative que son épouse pouvait véhiculer dans l’opinion. Grande, sûre d’elle-même, elle était qualifiée de "femme noire énervée" ("Angry Black Woman") par certains républicains.

L’avocate diplômée d’Harvard passait également pour une femme dure, même envers son mari. La journaliste du "New York Times" Maureen Dowd avait ainsi écrit à l’époque qu’elle avait "tressailli quand elle [avait entendu Michelle Obama réprimer] son mari". Certaines de ses sorties, comme lorsqu’elle avait déclaré qu’elle était "fière de son pays pour la première fois de sa vie d’adulte" avait fini d’inquiéter les proches du futur président qui redoutaient que, à cause d’elle, les électeurs blancs boudent leur poulain.

"Maman en chef"

En 2010, les choses ont bien changé. La première dame est désormais considérée comme l’une des armes secrètes du président. Celle-ci jouit d’une cote de popularité supérieure à celle de son mari et passe pour une femme chaleureuse et des plus intelligentes.

L’image de Michelle Obama a commencé à s’améliorer après son discours à la convention démocrate, en août 2008, quand elle n’a pas hésité à clamer tout haut son amour pour son mari et pour son pays. Depuis, celle-ci cultive son rôle de femme aimante et responsable et entretient avec soin son image de "maman en chef". Ainsi, elle n’a pas hésité à inviter des enfants à une séance de gymnastique dans les jardins de la Maison Blanche, ni à visiter des écoles dans des quartiers défavorisés de différentes villes des États-Unis.

À quelques semaines des élections de mi-mandat qui sont loin de se présenter sous les meilleurs auspices pour les démocrates, la Maison Blanche a donc décidé d’envoyer au front la "First Lady" pour soutenir les candidats du parti de l’âne aux quatre coins du pays. Certains prétendants au Congrès ont d’ailleurs expressément demandé son soutien, plutôt que celui de son mari… Manière, pour elle, de constater à quel point son image s’est améliorée au cours des deux dernières années.

L’agenda de la première dame américaine est en effet bien rempli en ce mois d’octobre. Elle doit participer à des meetings dans l’Illinois, le Wisconsin, le Colorado, la Californie et l’État de Washington. "Comme la plupart des ‘First Ladies’, Michelle Obama est plus populaire que son mari", explique Ari Melber, journaliste à l’hebdomadaire américain "The Nation". Contacté par France 24, celui-ci assure qu’elle porte en elle "le prestige de la Maison Blanche tout en laissant de côté la politique politicienne de Washington".

Une "Laura Bush bronzée"?

De fait, Michelle Obama a su rester au dessus des débats partisans pour se consacrer à des causes plus consensuelles, comme la lutte contre l’obésité chez les adolescents.

Elle a aussi consenti à faire un geste en direction des républicains en participant, notamment, à des émissions politiques sur la chaîne conservatrice Fox News ou en co-organisant une cérémonie à la mémoire des victimes du 11-Septembre avec l’ex-première dame Laura Bush.

La nouvelle "First Lady" ne plaît cependant pas à tout le monde. La chroniqueuse afro-américaine Devona Walker regrette ainsi que cette femme de pouvoir aux opinions bien tranchées se soit résignée à tenir son rôle sans broncher. "Les Américains s’attendaient à trouver une Hillary Clinton du ghetto. Finalement, ils ont une Laura Bush bronzée", écrit-t-elle dans un article, faisant référence à la très discrète femme de l’ancien président américain George W. Bush.

À la faveur de la campagne électorale, Michelle Obama sera-t-elle tentée de radicaliser à nouveau son discours ? A toute fin utile, les conseillers de son mari lui ont d’ores et déjà demandé de ne pas s’en prendre aux républicains et de se contenter de défendre les réformes et l’agenda de son président de mari…

Première publication : 15/10/2010

COMMENTAIRE(S)