Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Ukraine : une carte de visite détournée sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes : toujours les mêmes ?

En savoir plus

FOCUS

Copenhague veut gérer la distribution de cannabis

En savoir plus

DÉBAT

Fatah / Hamas : Peut-on croire à la réconciliation ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Économies : le plan Valls fait débat au sein de la majorité

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires taguées en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Un tatouage offensant

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'accord de libre-échange transpacifique en danger

En savoir plus

FOCUS

En Pologne, la ville natale de Jean Paul II en pleine "Papamania"

En savoir plus

  • Les frères ennemis Hamas et Fatah scellent leur réconciliation

    En savoir plus

  • Erdogan présente ses condoléances aux petits-enfants d'Arméniens tués en 1915

    En savoir plus

  • Ces islamistes du Mujao qui considèrent la France comme leur ennemie

    En savoir plus

  • Cinéma : “Noor”, le transsexuel pakistanais qui voulait redevenir un homme

    En savoir plus

  • Le patron du Facebook russe s’exile pour échapper à l'œil de Moscou

    En savoir plus

  • Pourquoi Kiev peine à relancer son offensive anti-séparatiste

    En savoir plus

  • La Game Boy, pop star des années 90, fête ses 25 ans

    En savoir plus

  • Le Brésil organise un sommet de l'Internet pour l'ère post-Snowden

    En savoir plus

  • En images : scènes de guerre urbaine à Copacabana

    En savoir plus

  • Paris dévoile sa feuille de route économique jusqu'en 2017

    En savoir plus

  • En images : le "fail" de la police de New York sur Twitter

    En savoir plus

  • Gilberto Rodrigues Leal, un retraité passionné de voyages

    En savoir plus

  • Ligue des champions : duel de géants entre le Real Madrid et le Bayern Munich

    En savoir plus

  • Le retour "hautement politique" d'Abdoulaye Wade à Dakar

    En savoir plus

  • En Pologne, la ville natale de Jean Paul II en pleine "Papamania"

    En savoir plus

  • Kiev va reprendre son "opération antiterroriste" dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Djihadistes français en Syrie : le plan de lutte de Paris

    En savoir plus

  • Booba-Rohff : ces artistes qui desservent le rap "par leur bêtise"

    En savoir plus

FRANCE

Une mobilisation en baisse pour le gouvernement, stable pour les syndicats

©

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 17/10/2010

Selon le ministère de l'Intérieur, 825 000 personnes ont battu le pavé lors de cette cinquième journée d'action consécutive contre la réforme des retraites tandis que la CGT en recensait près de trois millions.

Des manifestations très importantes, mais moins suivies que le 12 octobre, ont eu lieu partout en France samedi contre la réforme des retraites, sur fond de durcissement du conflit et de menace de pénurie de carburants.

Et la traditionnelle bataille des chiffres n'a pas fait défaut. À Paris, selon la CGT, le défilé rassemble 310 000 personnes, soit autant que le 2 octobre où près de 3,5 millions de Français selon les syndicats, et 1,2 million selon la police, étaient descendus dans la rue.

Le ministère de l'Intérieur, quant à lui, juge cette participation "en baisse" par rapport aux quatre précédentes mobilisations. Il dénombre au total 825 000 manifestants à travers le pays.

Le chiffre était, de même source, de 899 000 personnes pour la dernière journée de manifestation nationale organisée un samedi, le 2 octobre.

Mais selon les syndicats, la participation de ce samedi serait "au moins au même niveau" que celle du 2 octobre.

"Cela montre la persistance d'un très fort niveau de mobilisation. Nous avons un autre rendez-vous mardi et je vois tous les ingrédients pour ce que ce mouvement continue dans la durée", a déclaré le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault.

Les jeunes au cœur de la contestation

Malgré la fermeté du gouvernement, la mobilisation des jeunes depuis mardi dernier ne semble pas faiblir et donne une nouvelle ampleur au mouvement. Très présents dans les différents cortèges de ce samedi, les lycéens sont aussi "ceux qu’on entend le plus", selon Cyril Vanier, envoyé spécial de FRANCE 24 au cœur des manifestations.

"Les syndicats de lycéens veulent montrer leur détermination et leur unité contre cette réforme des retraites", commente Karim Yahiaoui, autre envoyé spécial de FRANCE 24. Ces jeunes " veulent croire qu’ils peuvent faire plier le gouvernement comme cela a déjà été le cas par le passé, notamment en 2006."

Environ 550 lycées français - sur les 4 300 que compte le pays - étaient bloqués vendredi selon le syndicat ; 306, selon le ministère de l'Éducation. "Reculer l’âge de départ à la retraite de 60 à 62 ans, c’est empêcher les jeunes de pouvoir s’insérer sur le marché de l’emploi dès la sortie de leurs études", accuse l'Union nationale des lycéens (UNL).

Plusieurs incidents ont cependant émaillé les manifestations de la semaine dernière, un adolescent ayant été gravement blessé à l'œil jeudi à Montreuil par un tir de flash-ball. Le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, a appelé les policiers à "limiter l'usage de la force". "En ne voulant pas discuter, c'est le gouvernement qui crée de la violence, a affirmé vendredi Victor Grèzes, l'un des secrétaires nationaux de l'UNL, à FRANCE 24. Nous appelons tous les lycéens à rester calmes."

Pour Cyril Vanier, "c’est peut-être les lycéens qui détiennent la clé du bras de fer avec le gouvernement".

Les syndicats appellent le Sénat à ne pas voter la réforme des retraites

Bernard Thibault a exhorté les sénateurs, réunis ce samedi autour de l’examen du projet de loi, à ne pas voter le texte "en l’état" tandis que son homologue de la CFDT, François Chérèque, accusait le gouvernement d’avoir "radicalisé le pays".

Depuis Lille où elle a défilé, la première secrétaire du Parti socialiste (PS), Martine Aubry, a, elle, de nouveau enjoint l'exécutif à suspendre le débat en cours. "Arrêtez, suspendez aujourd'hui votre projet au Sénat, mettez tout le monde autour de la table, a-t-elle lancé à l'adresse du président et du Premier ministre. Nous contribuerons à la solution, comme nous l'avons fait avec les propositions que nous avons déjà présentées aux Français".

 

Première publication : 16/10/2010

  • FRANCE

    Grève des transports : le guide pratique

    En savoir plus

  • FRANCE - RETRAITES

    "Il faut s'attendre à un durcissement du mouvement lycéen"

    En savoir plus

  • SUR LES OBSERVATEURS

    "Les organisations étudiantes et lycéennes se font déborder"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)