Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie: entre fierté et inquiétude

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : des dizaines de personnes tuées près de Beni

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Société militaire privée : le business de la guerre

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Evasion fiscale : Juncker est-il crédible en "Monsieur propre" ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : l’emploi, un défi pour le futur président

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Harlem Désir, Secrétaire d'État aux Affaires européennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Beyonce fait le buzz avec son clip "fait-maison"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Laisser aux Arabes le temps de découvrir ce que c’est que la démocratie"

En savoir plus

FRANCE

La menace de pénurie s'éloigne pour les aéroports

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/10/2010

L'oléoduc qui alimente en kérosène les aéroports français, et notamment celui de Roissy-Charles-de-Gaulle, fonctionne de nouveau, selon la Direction générale de l'aviation civile (DGAC). Une reprise qui éloigne les craintes de pénurie.

AFP - Les aéroports français, notamment celui de Roissy, ne devraient pas manquer de kérosène en début de semaine prochaine car l'oléoduc qui les livre est à nouveau complètement en service, a annoncé samedi soir à l'AFP la direction générale de l'aviation civile (DGAC).

"L'alimentation en kérosène des aéroports parisiens a pu reprendre depuis samedi après-midi, ce qui éloigne la menace de pénurie pour Roissy-Charles-de Gaulle. Je suis serein", a déclaré Patrick Gandil, directeur général de la DGAC.

Cette annonce éloigne les craintes de pénurie, alors que le ministère de l'Ecologie s'inquiétait samedi matin d'un manque de kérosène dans les aéroports français.

Par contre l'aéroport de Nantes s'est trouvé vendredi "dans une situation critique", suite à une pénurie de kérosène, et plusieurs vols ont du être annulés, a indiqué le directeur général de la DGAC.

"C'est le seul gros aéroport dans cette situation", a précisé M. Gandil. Des camions ont ravitaillé depuis l'aéroport de Nantes mais celui-ci risque de se retrouver à nouveau dimanche en manque de carburant pour les avions, indique la DGAC.

Pour les autres usagers, la France ne souffre "pas de pénurie" de carburant, a assuré de son côté Christine Lagarde, ministre de l'Economie, sur RTL en soulignant que les stocks "sont de plusieurs semaines".

A la mi-journée, la ministre de l'Economie a indiqué que seulement "230 stations sur un total de 13.000, soit environ 2%", étaient en rupture totale de carburant.

"Presque tous les dépôts étaient libres d'accès" et les Français n'ont "pas de raison de paniquer" car il n'y "pas pour le moment de pénurie de carburant", a pour sa part assuré, samedi à l'AFP, le président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip), Jean-Louis Schilansky.

"Pratiquement les quelque 200 dépôts de carburants sont libres d'acccès" et "on a suffisamment de stock dans les dépôts", a-t-il précisé.

Pour le président de l'Ufip, "le seul problème est que les automobilistes qui se rendent dans les stations service vident parfois très vite les pompes que les camions de ravitaillement viennent de remplir".

"Cela crée parfois une crise alors qu'il n'y a pas de pénurie de produits", a-t-il insisté, "le message est de ne pas paniquer".

Les compagnies pétrolières ont reçu l'autorisation exceptionnelle du gouvernement de ravitailler ce week-end les stations service, suite aux mouvements de grève dans les raffineries.

Stations fermées ou surveillées par la police, longues queues où les esprits s'échauffent : les automobilistes se sont rués sur certaines pompes samedi, craignant une pénurie de carburant, ont constaté plusieurs journalistes de l'AFP.

Concernant les carburants à la pompe pour les automobilistes, le ministère de l'Ecologie a assuré que, grâce au déblocage des réserves et les importations, il n'y a aurait aucun problème jusqu'au "début du mois de novembre". "Au-delà, nous trouverons des solutions en développant les importations", a-t-on souligné au ministère.

Actuellement les importations proviennent, par camions, par barges et par bateaux, d'Italie, d'Espagne, de Belgique et d'Allemagne.

Dix des douze raffineries françaises, toutes en grève, étaient toujours à l'arrêt ou en voie d'être arrêtées samedi, selon l'UFIP.

"Le point-clé c'est l'accès aux dépôts", a rappelé le président de l'UFIP.

Première publication : 16/10/2010

  • PÉTROLE

    Raffineries à l'arrêt, la France bientôt en panne sèche ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    La grève des raffineries menace l'approvisionnement en carburant

    En savoir plus

  • SOCIÉTÉ

    Les six raffineries de Total en grève illimitée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)