Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

FRANCE

"Il faut s'attendre à un durcissement du mouvement lycéen"

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 16/10/2010

Pour faire le point sur la mobilisation des lycéens qui prend de l'ampleur dans la vague de protestations contre la réforme des retraites, France24.com a interrogé Julianne Charton, trésorière de l'Union nationale lycéenne (UNL).

FRANCE 24 - Pourquoi les lycéens n’ont-ils rejoint que récemment les cortèges de manifestants contre la réforme de la retraite ?

Julianne Charton - En réalité, les lycéens sont mobilisés depuis le mois de mai même s’ils n’ont rejoint les salariés que récemment dans la rue. Nous avons accompli un travail d’information et de dialogue nécessaire avant de lancer des appels à la mobilisation. Nous avons une idée très précise des enjeux de cette réforme, contrairement à ce qui est affirmé, il était donc tout à fait normal de rejoindre les rangs de la contestation. Nous sommes inquiets pour notre avenir, notre colère est légitime.

 

F24 - Les violences survenues en marge des manifestations ne risquent-elles pas de porter atteinte à l’image de la mobilisation lycéenne ?

J. C. - La question des violences est marginale, les incidents et les violences constatés ne sont pas représentatifs de la mobilisation pacifique des lycéens. Ce ne sont pas les lycéens qui chargent les forces de l’ordre mais bien le contraire et sans raison valable comme le montre le cas du jeune de Montreuil qui a été attaqué avec un flash-ball. Le gouvernement est irresponsable car il mise sur les incidents violents pour décrédibiliser le mouvement lycéen.



F24 - Quelle suite allez-vous donner à votre mouvement ?

J. C. - On ne veut pas tomber dans le piège du gouvernement qui cherche à étouffer le mouvement, bien au contraire, nous allons continuer la mobilisation ce samedi. La journée du mardi 19 octobre est également importante et nous appelons les lycéens à y participer massivement. Il faut même s’attendre à un durcissement du mouvement lycéen s’il ne nous écoute pas.
 

Première publication : 16/10/2010

  • SUR LES OBSERVATEURS

    "Les organisations étudiantes et lycéennes se font déborder"

    En savoir plus

  • FRANCE - RETRAITES

    Entre radicalisation et essoufflement, où en est la mobilisation ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)