Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Quand Manuel Valls tente de faire disparaître ses tweets

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Exclusivité France 24 : Laurent Fabius s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Simon Serfaty, professeur en relations internationales

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile dénonce les incursions russes en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'agneau russe"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président du Parlement nigérien inquiété dans une affaire de trafic de bébés

En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Les troupes ukrainiennes abandonnent l'aéroport de Lougansk

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Quand des selfies volés de stars nues enflamment la Toile

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, au moins sept morts

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Un présumé recruteur pour le jihad en Syrie arrêté à Nice

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipes

    En savoir plus

  • Situation toujours aussi confuse au lendemain du coup d’État au Lesotho

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

Amériques

Dilma Rousseff s'engage à ne pas légaliser l'avortement

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/10/2010

La dauphine du président Lula fait un geste en direction des électeurs chrétiens en s'engageant à ne pas légaliser l'avortement si elle est élue au second tour de la présidentielle. Au Brésil, l'IVG n'est autorisée qu'en cas de viol.

AFP - Dilma Rousseff, la dauphine du président Lula, s'est engagée vendredi à ne pas légaliser l'avortement, un geste en direction des électeurs chrétiens devenus une des clés du second tour de l'élection présidentielle au Brésil.

Dilma Rousseff - Parti des travailleurs

"Personnellement, je suis opposée à l'avortement et suis en faveur de maintenir la loi actuelle", écrit la candidate du Parti des Travailleurs (PT - gauche) dans une lettre aux Eglises évangéliques transmise à l'AFP par le comité de campagne de la candidate.

L'interruption de grossesse n'est autorisée par la loi que s'il y a danger pour la vie de la mère ou après un viol.

"Si je suis élue présidente de la République, je ne prendrai pas l'initiative de proposer des changements de la législation sur l'avortement et sur d'autres thèmes concernant la famille", a-t-elle affirmé.

La candidate fait référence à une loi en examen au parlement criminalisant la discrimination contre les homosexuels, un projet auquel s'opposent l'Eglise catholique et les évangélistes.

Elle a précisé qu'elle n'approuverait que "les articles de loi ne violant pas la liberté de croyance, de culte et d'expression", ce qui laissera les Eglises libres de dénoncer par exemple l'union entre homosexuels.

Lors d'une réunion mercredi avec Dilma Rousseff, les leaders évangélistes avaient réclamé un engagement écrit de la candidate.

"Avec ces éclaircissements, j'espère compter sur vous pour arrêter l'odieuse campagne de calomnies dirigées contre moi", a ajouté l'ancienne ministre chef du gouvernement de Luiz Inacio Lula da Silva.

La divulgation sur internet de déclarations dans lesquelles elle se dit en faveur de la légalisation de l'avortement a fait basculer le vote chrétien dans le camp de son rival social-démocrate José Serra.

En contre-point, l'Association brésilienne des homosexuels a déploré vendredi l'utilisation de la religion dans la campagne.

"Au cours des derniers jours, nous avons assisté, perplexes, à l'utilisation de sentiments religieux et de jugements moraux dans la campagne électorale. Il n'est pas acceptable que les préjugés, le machisme et l'homophobie soient utilisés (...) et gagnent un espace privilégié en pleine campagne présidentielle", soulignent les homosexuels dans une lettre adressée aux candidats.

Première publication : 16/10/2010

  • BRÉSIL

    Avec 46,9 %, Dilma Rousseff n'échappe pas à un second tour de la présidentielle

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Dilma Rousseff en tête de la présidentielle, selon des résultats partiels

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Les Brésiliens s'apprêtent à élire le successeur de Lula

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)