Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

Amériques

Un soldat américain traduit en cour martiale pour le meurtre de trois civils afghans

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/10/2010

Le soldat américain Jeremy Morlock sera traduit en cour martiale pour le meurtre de trois civils afghans perpétré pendant son déploiement dans le pays. L'homme les aurait tués par "amusement" avec la complicité d'autres militaires.

AFP - Un soldat américain, accusé notamment d'avoir organisé pour s'amuser le meurtre de trois civils afghans pendant son déploiement en Afghanistan, sera traduit en cour martiale, ont annoncé vendredi les autorités militaires.

La date du procès de Jeremy Morlock, 22 ans, n'a pas encore été fixée, précise un communiqué de la Base militaire interarmées de Lewis-McCord (Etat de Washington, nord-ouest).

La traduction du jeune homme en cour martiale avait été requise par l'accusation lors d'une audience préliminaire, en septembre dernier.

Jeremy Morlock sera le premier d'un groupe de cinq soldats à être jugé dans cette affaire particulièrement macabre.

Selon l'accusation, les cinq soldats auraient organisé pour s'amuser le meurtre de trois civils afghans entre janvier et mai 2010, pendant leur déploiement dans la province de Kandahar, et auraient, pour certains d'entre eux, démembré des corps, conservé des parties de cadavres et pris des photos aux côtés des dépouilles.

Jeremy Morlock fait l'objet de huit chefs d'accusation, parmi lesquels meurtres avec préméditation, agression, conspiration, consommation de drogue et tentative d'obstruction d'une enquête judiciaire.

S'il est jugé coupable pour l'ensemble de ces chefs d'accusation, il risque une peine de prison à vie incompressible, précisent les autorités militaires.

Lors de l'audience préliminaire, la majorité des témoins -- dont trois des accusés -- avaient refusé de témoigner et peu de détails avaient filtré sur les meurtres présumés.

Selon l'accusation, Jeremy Morlock avait reconnu lors d'interrogatoires avoir participé à des "scénarios" ayant conduit à la mort de civils.

Mais son avocat, Michael Waddington, avait minimisé les déclarations de son client, en soulignant qu'il "recevait alors un traitement médical" suite à des lésions au cerveau, provoquant nausées et troubles du sommeil.

L'avocat avait également mis l'accent sur le fait que les corps des trois civils afghans n'avaient jamais été retrouvés et estimé qu'"aucune enquête en bonne et due forme" n'avait été faite sur les lieux des meurtres présumés.

Jeremy Morlock et plusieurs autres soldats sont également accusés d'avoir passé à tabac un de leurs camarades pour tenter d'étouffer une enquête sur la consommation de haschich au sein de leur groupe.

Des audiences préliminaires sont prévues pour les quatre autres soldats impliqués dans l'affaire, afin de décider de leur éventuel renvoi devant une cour martiale. Mais aucune date n'a encore été fixée pour ces audiences.

L'affaire est explosive pour l'armée américaine, qui peine à gagner la confiance de la population afghane, en particulier dans la province de Kandahar, bastion des talibans.
 

Première publication : 16/10/2010

  • PAKISTAN

    Islamabad accuse l'Otan d'avoir tué trois de ses soldats en Afghanistan

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Des membres du Renseignement annoncent la mort du chef d'Al-Qaïda pour le Pakistan et l'Afghanistan

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Dix humanitaires assassinés dans le nord-est de l'Afghanistan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)