Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

FRANCE

Pénurie d'essence : le gouvernement rassure, les Français s'inquiètent

Vidéo par France 2

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 18/10/2010

Craignant que le mouvement de grève ne provoque une pénurie de carburant à la pompe, des automobilistes français se ruent sur les stations-service pour s'approvisionner. Le gouvernement et le secteur pétrolier se veulent pourtant rassurants.

"Il n'y a aucune station sans essence", a assuré, dimanche matin, le secrétaire d'État français aux Transports, Dominique Bussereau. Même son de cloche du côté du Premier ministre quelques heures plus tard sur TF1 : "il n'y aura pas de pénurie" de carburant à la suite des grèves dans les raffineries. Je ne laisserai pas bloquer notre pays", a-t-il affirmé. Mais sur le terrain, des automobilistes, alertés par la menace de pénurie de carburant, affluent depuis quelques jours aux stations-service pour faire le plein.

En marge du conflit social contre la réforme des retraites, la grève dans les 12 raffineries et le blocage des dépôts de carburant inquiètent. Lundi matin, elles ont toutes décidé de reconduire la grève. Et ce, malgré les appels "au bon sens" de Dominique Bussereau, qui a évalué à 200 le nombre de stations-service "gênées" en
Explications de notre envoyé spéciale Florence Villeminot
France. Selon le quotidien "Le Parisien", près de 800 stations-service sur les 12 500 que compte l'Hexagone étaient en difficulté d’approvisionnement samedi.
 
Un plein de précaution
 
"Toutes nos cuves sont vides depuis hier après-midi [samedi]. C’est une conséquence directe de la panique de nos clients qui ont préféré prendre leurs précautions. On devrait être livré lundi matin. Enfin, normalement…", espère un employé d’une station Total, en pénurie d’essence, près de la porte de Saint-Cloud, à Paris. Plus loin, une automobiliste en quête de carburant peine à cacher sa colère. "Je trouve inadmissible de mettre à mal la liberté de circuler et de travailler de la population, et pourtant je soutiens le mouvement de protestation contre la réforme des retraites", peste Sylvie, 50 ans, qui va "passer son dimanche après-midi à chercher de l’essence".
 
Mais toutes les stations ne sont pas logées à la même enseigne. Une autre pompe du géant pétrolier Total située sur le quai d’Issy-les-Moulineaux, dans le XVe arrondissement de Paris, approvisionne normalement ses clients. Ce dimanche matin, pas de file d’attente mais plutôt un flot régulier de véhicules venus se ravitailler. "Nous sommes clairement en suractivité pour un dimanche, certains clients sont apparemment inquiets", déclare un employé de la station. "Je me suis déplacé spécialement après avoir entendu des informations sur les pénuries d’essence. Après deux échecs dans deux stations fermées autour de Paris, j’ai enfin pu faire le plein, comme quoi ce n’est pas vraiment une rumeur", déclare Marek, automobiliste de 38 ans.
 
Sans céder à la panique, certains clients de la station préfèrent prévenir que guérir. "Je ne suis pas particulièrement inquiet, il s’agit d’une démarche préventive car si la pénurie se confirme je risque fort de me retrouver au chômage technique parce que je ne peux pas travailler sans mon véhicule", confie Jérémie, déménageur indépendant.
 
"La situation se calme"
 
D’autres, plus philosophes, n’ont pas modifié leurs comportements. "Je suis venu comme tous les dimanches pour faire le plein. Je pense que le risque de pénurie n’est pas réel, c’est un secteur stratégique et j’ose espérer que la menace est maîtrisée par les autorités", tempère Mathieu, architecte à Paris.
 
De son côté, Total affirme, dans un communiqué publié hier sur son site Internet, que tous ses dépôts de distribution de carburant et de fioul-chauffage disposent de produits prêts à être livrés aux stations-service de son réseau. Un bémol toutefois : "dans certaines régions, le rythme des ventes en stations-service est accéléré par des achats de précaution des consommateurs et dépasse le temps nécessaire aux réapprovisionnements ce qui provoque des indisponibilités temporaires".
 
Enfin, le président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip), Jean-Louis Schilansky, s’est également montré rassurant. "La situation se calme […] Nous avons les moyens de livrer les stations-service de façon quasi normale", a-t-il affirmé, les stocks ayant été "rendus disponibles". Pour autant, "nous ne pourrons pas tenir éternellement", a-t-il prévenu.
Quelques réactions d'automobilistes face à la pénurie
 

 

Première publication : 17/10/2010

  • FRANCE - RETRAITES

    Le bras de fer se poursuit entre les syndicats et le gouvernement

    En savoir plus

  • FRANCE

    La menace de pénurie s'éloigne pour les aéroports

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)