Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Gaza : Tsahal et le Hamas s'affrontent aussi en ligne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le tourisme, moteur de l'économie espagnole

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Come prima"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

DÉBAT

Droit d'asile en France : les enjeux de la réforme

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : les négociations de paix au point mort

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : espoir de paix à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné !"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Françaises

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

Culture

Un musée berlinois accueille la première exposition sur "Hitler et les Allemands"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/10/2010

Plus de 65 ans après la Seconde Guerre mondiale, le Musée d'histoire allemande de Berlin consacre une exposition qui s'emploie à expliquer la fascination que le Fürher a pu exercer sur la population.

AFP - Un musée berlinois accueille, à partir de vendredi, la première exposition en Allemagne qui tente d'expliquer comment un peuple déboussolé a vu en Adolf Hitler son "sauveur", le suivant dans la guerre et la destruction.

"C'est un miracle de notre temps que vous m'ayez trouvé (...) parmi tous ces millions (de gens)! Et que je vous ai trouvés, c'est la chance de l'Allemagne!", a déclaré Hitler dans un discours en 1936 à Nuremberg, cité dans le catalogue de l'exposition "Hitler et les Allemands".

65 ans après la deuxième Guerre mondiale, cette exposition qui se tient jusqu'au 6 février à l'annexe du Musée d'histoire allemande construite par l'architecte américain Ieoh Ming Pei, étudie les mécanismes qui ont entretenu la fascination jusqu'à l'aveuglement du peuple pour son Führer.

Ce "qu'il faut expliquer, c'est comment l'insignifiant Adolf Hitler, cet homme qui a vécu 30 ans dans l'anonymat, n'a pas fait d'études, n'a aucune expérience politique, a pu être ce sauveur", explique l'historien Hans-Ulrich Thamer, conservateur de l'exposition.

Parler d'Hitler, hors d'un cadre strictement académique, reste très délicat en Allemagne. "Le Musée d'histoire allemande voulait faire cette exposition depuis 2003, environ", révèle ainsi M. Thamer.

Un première projet d'exposition sur la personnalité et le parcours d'Hitler avait buté sur l'opposition unanime du comité scientifique du Musée, qui craignait d'entretenir une sorte de fascination morbide pour le "Mal".

Mais il y a trois ans, le Musée est revenu à la charge, chargeant l'historien de travailler sur le thème très général "Hitler et le national-socialisme".

"Je pouvais arranger (ce thème) à ma convenance. J'ai essayé de rassembler ici ce qui occupe actuellement la recherche historique", explique Hans-Ulrich Thamer.

"Nous voulons expliquer l'ascension, le mode opératoire, l'exercice du pouvoir jusqu'à la chute et l'incroyable potentiel de destruction libéré par le national-socialisme", explique-t-il.

"Pas en partant de la personnalité d'Hitler, qui serait une sorte de démon malfaisant qui aurait corrompu des millions de personnes" mais en contraire en présentant "les mécanismes d'adhésion, de mobilisation des masses, mais aussi d'exclusion, qui tissent la relation entre le Führer et la population", soudée dans le concept nazi de "communauté d'un peuple" (Volksgemeinschaft), poursuit-il.

Ce projet d'une société homogène, fournissant sécurité et emploi, s'adressait aux couches sociales frappées par la crise économique de la fin des années 1920, et justifiait les persécutions. Les plus fervents admirateurs de Hitler "n'étaient pas vraiment des gens qui avaient réussi", dit-il.

Ainsi, "des photos montrent que la persécution des opposants politiques, des juifs, la déportation des juifs se passaient au vu et au su de tout le monde". La "communauté du peuple" se constituait autant par l'exclusion des opposants et des ennemis que par l'adhésion à des comportements.

L'exposition met face-à-face les documents sur l'holocauste et les produits de la propagande nazie qui s'infiltrait dans tous les aspects de la vie.

On découvre ainsi une affiche qui explique comment faire correctement le salut hitlérien, un jeu de carte aux effigies des dirigeants nazis, une tapisserie aux motifs nazis qui décorait une église.

Un cahier d'exercice, qui peut être feuilleté électroniquement, montre comment Hitler a modifié le curriculum pour que les écoles produisent de bons petits nazis.

Première publication : 17/10/2010

COMMENTAIRE(S)