Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

MODE

Jean-Marc Loubier, sacs et souliers

En savoir plus

FOCUS

Bosnie-Herzégovine : les "plénums citoyens" vont-ils passer à l'heure du printemps ?

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Naufrage du ferry sud-coréen : le capitaine recherché

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

EUROPE

Les propos de Merkel sur le multiculturalisme allemand créent la polémique

©

Vidéo par Nay NAAYEM

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/10/2010

La chancelière a affirmé samedi que la société multiculturelle allemande "avait échoué". Une sortie très controversée qui s'inscrit dans le cadre d'un combat politicien au sein de la coalition gouvernementale, selon la presse locale.

Ce week-end, la chancelière chrétienne démocrate (CDU), Angela Merkel, a enterré le multiculturalisme allemand. "Il a échoué, et bien échoué", a-t-elle affirmé devant les jeunes conservateurs de son parti, samedi.

"La CDU a ressorti des tiroirs son thème favori, l’intégration", s’est inquiété dimanche le quotidien de gauche "Süddeutsche Zeitung". Le journal regrette surtout qu'Angela Merkel fasse ainsi écho aux propos tenus par le président du Land de Bavière, le très conservateur Horst Seehofer.

Samedi encore, le chef de file de la CSU (l’Union des chrétiens sociaux) a en effet publié, dans l'hebdomadaire "Focus", un plan en 7 points visant à mettre un terme à l’immigration en Allemagne. "Nous n’avons pas vocation à être l’assistant social de tous les immigrés du monde", pouvait-on lire, notamment, sous sa plume.

Profil plus à droite

Pour le quotidien "Die Zeit", cette sortie témoigne d'une volonté de la CSU de retrouver sa puissance d'antan. "Il y eut une époque où la CSU fut un parti puissant, Horst Seehofer tente de le remettre au centre des débats en jouant à fond la carte du populisme", peut-on y lire notamment. Un populisme teinté, cette fois, cependant, de xénophobie et d’islamophobie. Horst Seehofer propose en effet de cesser d'accueillir les immigrés "d’une autre culture". "En clair, il ne veut plus de Turcs, de musulmans et d’Arabes en Allemagne", déplore l’éditorialiste du journal.

Reste une question : pourquoi Angela Merkel s'est-elle immiscée dans ce débat, alors que l’Allemagne digère mal les débordements antisémites et racistes d’un ancien membre de la banque centrale, Thilo Sarrazin ? Le quotidien libéral "Die Welt", qui rappelle ce lundi que la chancelière est de plus en plus contestée au sein de la CDU, croit avoir la réponse.  "Elle cherche à se construire un profil plus à droite, tout en essayant de contenir ses extrêmes", explique celui-ci.

Si celle-ci a pris ses distances avec Horst Seehofer en affirmant qu’il n’était nullement question d’interdire aux musulmans de venir s’installer en Allemagne, elle plaide toutefois pour que les immigrants "fassent des efforts pour mieux s’intégrer". "Angela Merkel s'est lancée dans un exercice d’équilibriste. En flirtant avec des thèses extrémistes sans les endosser, elle se replace au centre d’un débat qui, sinon, lui aurait totalement échappé", analyse le quotidien conservateur "Frankfurter Allgemeine Zeitung".

Preuve, toutefois, qu'il s'agit avant tout d'un débat politicien pour la plupart des médias : "Le principal syndicat de l’industrie soutient que le problème n’est pas l’immigration mais le manque de 400 000 travailleurs qualifiés à l'Allemagne", rappelle "Die Zeit".

Crédit photo : Arne List (via Flickr)

Première publication : 18/10/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)