Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

EUROPE

Les propos de Merkel sur le multiculturalisme allemand créent la polémique

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/10/2010

La chancelière a affirmé samedi que la société multiculturelle allemande "avait échoué". Une sortie très controversée qui s'inscrit dans le cadre d'un combat politicien au sein de la coalition gouvernementale, selon la presse locale.

Ce week-end, la chancelière chrétienne démocrate (CDU), Angela Merkel, a enterré le multiculturalisme allemand. "Il a échoué, et bien échoué", a-t-elle affirmé devant les jeunes conservateurs de son parti, samedi.

"La CDU a ressorti des tiroirs son thème favori, l’intégration", s’est inquiété dimanche le quotidien de gauche "Süddeutsche Zeitung". Le journal regrette surtout qu'Angela Merkel fasse ainsi écho aux propos tenus par le président du Land de Bavière, le très conservateur Horst Seehofer.

Samedi encore, le chef de file de la CSU (l’Union des chrétiens sociaux) a en effet publié, dans l'hebdomadaire "Focus", un plan en 7 points visant à mettre un terme à l’immigration en Allemagne. "Nous n’avons pas vocation à être l’assistant social de tous les immigrés du monde", pouvait-on lire, notamment, sous sa plume.

Profil plus à droite

Pour le quotidien "Die Zeit", cette sortie témoigne d'une volonté de la CSU de retrouver sa puissance d'antan. "Il y eut une époque où la CSU fut un parti puissant, Horst Seehofer tente de le remettre au centre des débats en jouant à fond la carte du populisme", peut-on y lire notamment. Un populisme teinté, cette fois, cependant, de xénophobie et d’islamophobie. Horst Seehofer propose en effet de cesser d'accueillir les immigrés "d’une autre culture". "En clair, il ne veut plus de Turcs, de musulmans et d’Arabes en Allemagne", déplore l’éditorialiste du journal.

Reste une question : pourquoi Angela Merkel s'est-elle immiscée dans ce débat, alors que l’Allemagne digère mal les débordements antisémites et racistes d’un ancien membre de la banque centrale, Thilo Sarrazin ? Le quotidien libéral "Die Welt", qui rappelle ce lundi que la chancelière est de plus en plus contestée au sein de la CDU, croit avoir la réponse.  "Elle cherche à se construire un profil plus à droite, tout en essayant de contenir ses extrêmes", explique celui-ci.

Si celle-ci a pris ses distances avec Horst Seehofer en affirmant qu’il n’était nullement question d’interdire aux musulmans de venir s’installer en Allemagne, elle plaide toutefois pour que les immigrants "fassent des efforts pour mieux s’intégrer". "Angela Merkel s'est lancée dans un exercice d’équilibriste. En flirtant avec des thèses extrémistes sans les endosser, elle se replace au centre d’un débat qui, sinon, lui aurait totalement échappé", analyse le quotidien conservateur "Frankfurter Allgemeine Zeitung".

Preuve, toutefois, qu'il s'agit avant tout d'un débat politicien pour la plupart des médias : "Le principal syndicat de l’industrie soutient que le problème n’est pas l’immigration mais le manque de 400 000 travailleurs qualifiés à l'Allemagne", rappelle "Die Zeit".

Crédit photo : Arne List (via Flickr)

Première publication : 18/10/2010

COMMENTAIRE(S)