Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Vidéo : à la rencontre des réfugiés syriens exilés en Turquie

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

Amériques

Le Parti vert de Marina Silva ne donne aucune consigne de vote pour le second tour

Vidéo par Alix LE BOURDON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/10/2010

La candidate Marina Silva a décidé de rester neutre à moins de deux semaines du second tour de la présidentielle. Son Parti vert (PV) ne donne donc aucune consigne, ce qui revient à laisser ses 20 millions d'électeurs libres de leur vote.

AFP - Le Parti Vert (PV) de Marina Silva, arbitre d'une lutte serrée au second tour de l'élection présidentielle le 31 octobre au Brésil, a décidé de ne pas choisir entre les deux candidats en lice et de garder une position "indépendante".

"Nous resterons indépendants", a déclaré le président du PV José Luiz Penna, à l'issue d'un vote organisé lors d'une convention nationale du parti écologiste.

Cela revient à laisser les quelque 20 millions d'électeurs qui s'étaient portés sur la candidate écologiste libres de leur vote. Marina Silva, une fervente chrétienne évangéliste de 52 ans, n'a pas dit quel serait son choix.

MARINA SILVA - PARTI VERT



Ces voix sont cruciales pour Dilma Rousseff, candidate du Parti des Travailleurs (PT, gauche), qui avait obtenu 46,8% des suffrages au premier tour, comme pour son rival social-démocrate José Serra qui avait recueilli 32,6% des voix.

Marina Silva avait créé la surprise en arrivant en troisième position au premier tour avec 19,3% des voix, privant Dilma Rousseff, la dauphine du président Luiz Inacio Lula da Silva, d'une victoire dès le 3 octobre.

"Le fait de ne pas se prononcer en faveur d'un candidat ne signifie pas une position neutre, mais une position indépendante, avec des idées et des propositions réaffirmées", a souligné Marina Silva dans une lettre ouverte.

L'ex-candidate écologique a déclaré vouloir faire prospérer "cet embryon de troisième voie" apparu au premier tour pour mettre fin à la domination du PT et du Parti de la social-démocratie (PSDB, centre) qui se sont succedé ces dernières années au pouvoir.

Marina Silva n'a toutefois pas exclu que son parti participe au prochain gouvernement formé par le président élu le 1er janvier.

Le Parti Vert est courtisé par les deux candidats mais, lors de la Convention, les dirigeants du PV ont estimé que le parti de Dilma Rousseff était plus réceptif à leur programme sur l'éducation, le changement climatique ou les énergies renouvelables.

Selon les sondages, Rousseff maintient un avantage de six à neuf points sur son adversaire. Le dernier sondage accorde 54% des voix à la dauphine de Lula et 46% à José Serra.



 

Première publication : 18/10/2010

COMMENTAIRE(S)