Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

  • Budget 2015 : la baisse des dépenses à pas feutrés

    En savoir plus

  • Rentrée des classes meurtrière à Donetsk

    En savoir plus

  • En images : Hong Kong sous haute tension pour la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

Amériques

Le Parti vert de Marina Silva ne donne aucune consigne de vote pour le second tour

Vidéo par Alix LE BOURDON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/10/2010

La candidate Marina Silva a décidé de rester neutre à moins de deux semaines du second tour de la présidentielle. Son Parti vert (PV) ne donne donc aucune consigne, ce qui revient à laisser ses 20 millions d'électeurs libres de leur vote.

AFP - Le Parti Vert (PV) de Marina Silva, arbitre d'une lutte serrée au second tour de l'élection présidentielle le 31 octobre au Brésil, a décidé de ne pas choisir entre les deux candidats en lice et de garder une position "indépendante".

"Nous resterons indépendants", a déclaré le président du PV José Luiz Penna, à l'issue d'un vote organisé lors d'une convention nationale du parti écologiste.

Cela revient à laisser les quelque 20 millions d'électeurs qui s'étaient portés sur la candidate écologiste libres de leur vote. Marina Silva, une fervente chrétienne évangéliste de 52 ans, n'a pas dit quel serait son choix.

MARINA SILVA - PARTI VERT



Ces voix sont cruciales pour Dilma Rousseff, candidate du Parti des Travailleurs (PT, gauche), qui avait obtenu 46,8% des suffrages au premier tour, comme pour son rival social-démocrate José Serra qui avait recueilli 32,6% des voix.

Marina Silva avait créé la surprise en arrivant en troisième position au premier tour avec 19,3% des voix, privant Dilma Rousseff, la dauphine du président Luiz Inacio Lula da Silva, d'une victoire dès le 3 octobre.

"Le fait de ne pas se prononcer en faveur d'un candidat ne signifie pas une position neutre, mais une position indépendante, avec des idées et des propositions réaffirmées", a souligné Marina Silva dans une lettre ouverte.

L'ex-candidate écologique a déclaré vouloir faire prospérer "cet embryon de troisième voie" apparu au premier tour pour mettre fin à la domination du PT et du Parti de la social-démocratie (PSDB, centre) qui se sont succedé ces dernières années au pouvoir.

Marina Silva n'a toutefois pas exclu que son parti participe au prochain gouvernement formé par le président élu le 1er janvier.

Le Parti Vert est courtisé par les deux candidats mais, lors de la Convention, les dirigeants du PV ont estimé que le parti de Dilma Rousseff était plus réceptif à leur programme sur l'éducation, le changement climatique ou les énergies renouvelables.

Selon les sondages, Rousseff maintient un avantage de six à neuf points sur son adversaire. Le dernier sondage accorde 54% des voix à la dauphine de Lula et 46% à José Serra.



 

Première publication : 18/10/2010

COMMENTAIRE(S)