Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ?

En savoir plus

FOCUS

L'Italie, une base arrière du jihadisme en Europe ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Abd Al Malik : le "combattant de la culture" reprend les armes pour Camus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La CIA à Trump: 'le silence est d'or'"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Theresa May : vers un Brexit "dur" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le PS, vote utile ?"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"Les Russes ne sont pas nos ennemis", estime le futur président bulgare

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Erasmus, 30 ans de bonheur estudiantin ?

En savoir plus

FRANCE

Free va envoyer ses premiers courriels d'avertissement en conformité avec la loi Hadopi

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/10/2010

Après plusieurs refus, le fournisseur d'accès à Internet s'est décidé, ce lundi, à envoyer des messages d'avertissement de l'Hadopi aux pirates présumés. Free se conforme ainsi aux directives de la loi sur la protection des oeuvres sur Internet.

AFP - Le fournisseur d'accès internet Free, filiale d'Iliad, va commencer à envoyer les messages d'avertissement de l'Hadopi aux pirates présumés sur internet à partir de ce lundi, après avoir refusé de le faire durant deux semaines, annonce son PDG Xavier Niel dans Les Echos de lundi.

"Nous allons commencer à envoyer des e-mails ce lundi", déclare M. Niel, même si "nous contestons ce nouveau décret, qui nous semble illégal", ajoute-t-il dans cet entretien au quotidien économique.

Contrairement à ses concurrents, Free avait refusé dans un premier temps de répercuter les messages d'avertissement de la Haute autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur internet (Hadopi). Le fournisseur d'accès internet (FAI) avait invoqué le respect de la confidentialité des "données personnelles" des internautes.

Cette décision avait contraint le gouvernement à hausser le ton en publiant dans la foulée un décret obligeant tout FAI à transmettre ces messages sous peine d'une contravention de 1.500 euros.

"Contrairement aux autre FAI, nous appliquerons strictement la loi, seulement la loi", prévient M. Niel.

Selon lui, la loi contre le piratage est "une mauvaise loi qui ne résout rien, qui est très simplement contournable et qui ne tient pas compte de l'évolution de la forme que prend le piratage".

Première publication : 18/10/2010

  • INTERNET

    Free entre en résistance face au dispositif voulu par l'Hadopi

    En savoir plus

  • INTERNET

    Le chemin de croix de l'Hadopi

    En savoir plus

  • INTERNET

    Hadopi aurait incité les "pirates" à être plus malins

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)