Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Economie

Le FMI estime que la menace d'une "guerre des changes" compromet la reprise

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/10/2010

Le président du FMI, Dominique Strauss-Kahn, a estimé lors d'un sommet économique à Shanghaï lundi que "la reprise était en péril" si l'"esprit de coopération" entre les États disparaissaient. Une allusion à la menace d'une "guerre des changes".

AFP - La reprise mondiale est "en péril" si "l'esprit de coopération" n'est pas maintenu entre les principales économies de la planète, a déclaré lundi à Shanghai le directeur général du Fonds monétaire international, Dominique Strauss-Kahn.

"L'esprit de coopération doit être maintenu. Sans cela, la reprise est en péril", a déclaré M. Strauss-Kahn à l'issue d'une réunion du FMI et de responsables de banques centrales de tous les continents, selon une version écrite de son discours communiquée à des journalistes.

"Il y a aujourd'hui le risque que le choeur de ceux qui étaient parvenus à dompter la crise financière se dissolve dans une cacophonie de voix discordantes, alors que des pays font de plus en plus cavalier seul", a poursuivi le patron du Fonds.

Une telle attitude "va certainement nuire à tout le monde", a averti M. Strauss-Kahn.

Le but de la conférence de Shanghai était officiellement de "faire avancer les discussions sur la prise en compte des instruments prudentiels" par les banques centrales "afin de contribuer à assurer la stabilité financière" en mettant en place des mécanismes pour éviter la faillite de grandes institutions financières.

Mais la réunion se déroulait sur fond de crainte d'une guerre des changes, alors que plusieurs banques centrales sont récemment intervenues pour affaiblir le cours de leur monnaie.

Parallèlement, de nombreux pays reprochent à la Chine de refuser une réévaluation importante du yuan, en maintenant sa monnaie, dont elle fixe quotidiennement le taux de change, à un niveau artificiellement bas.

Première publication : 18/10/2010

  • COMMERCE INTERNATIONAL

    Différend entre l'UE et la Chine sur le yuan et les droits de l'Homme

    En savoir plus

  • COMMERCE

    L'offensive américaine contre le yuan irrite Pékin

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)