Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Père Noël habite en Chine"

En savoir plus

Sports

Manchester United : Wayne Rooney dans les pas de David Beckham ?

Texte par Emmanuel VERSACE

Dernière modification : 18/10/2010

En froid avec son entraîneur Sir Alex Ferguson, le joueur emblématique de Manchester United est donné partant par la presse britannique. Un cas similaire avait poussé David Beckham à prendre la route du Real Madrid en 2003.

Vedette de l’équipe de Manchester United (MU), Wayne Rooney serait sur le point de faire ses valises pour d’autres horizons. Le jeune "working-class hero" du football anglais avait pourtant déclaré vouloir faire toute sa carrière chez les Red Devils après avoir quitté son club formateur d’Everton, en 2004, pour 25,6 millions de livres. Mais après une saison 2009-2010 prolifique (34 buts marqués toutes compétitions confondues), ses mauvaises performances sur le terrain depuis le début de l'exercice en cours (deux buts en 17 titularisations) confirmeraient la rumeur d’une mésentente avec son entraîneur, Sir Alex Ferguson.

Vent glacial entre Rooney et Ferguson

Largement relayée par les tabloïds britanniques, la dernière aventure extraconjugale de Wayne Rooney avec une prostituée aurait conduit l'emblématique coach de MU, surnommé "Hairdryer" ("sèche-cheveux") pour ses coups de gueule légendaires, à remettre la star en place. Fidèle à sa parole, l’Écossais a d'ailleurs décidé de se passer de ses services pour les matchs de son équipe contre Valence, en Ligue des champions (1-0), et face à Sunderland, en Premier League (0-0), invoquant dans les médias une blessure du joueur à la cheville. Mais c’était sans compter sur l’insolence du célèbre numéro 10, qui a ouvertement fait savoir qu’il était physiquement apte à jouer ces deux rencontres. Une rébellion dans laquelle ni David Beckham, ni Ruud Van Nistelrooy, ni Jaap Stam, qui furent eux aussi en froid avec Fergie, n’avaient osé se lancer…

Le divorce entre "Roo", que certains disent sur le déclin, et Manchester United est-il consommé ? D’après le site Goal.co.uk, le joueur le mieux payé du club - sa rémunération s'élève à 150 000 livres par mois -, aurait des envies de départ depuis le mois de mai dernier. Depuis cette date en effet, celui-ci témoigne d'une certaine réticence à renouveler son contrat avec les Red Devils jusqu’en 2012. De là à penser que cette ultime passe d’armes va conforter le joueur dans sa position, il n'y a qu'un pas que certains franchissent allègrement ce lundi.

Un départ vers le Real Madrid ?

Une rumeur persistante le donne partant pour le Real Madrid, le club où David Beckham avait pris ses quartiers en 2003 après avoir reçu en pleine tête un crampon envoyé par un Alex Ferguson furieux de la défaite de son équipe face à Arsenal… Le coach des Merengue, José Mourinho, aurait d'ailleurs fait de l'international anglais sa priorité pour le mercato d’hiver. Il proposerait de l'échanger contre Karim Benzema, qui a toujours intéressé Ferguson, et un chèque de 60 millions d’euros. D’autres spéculent sur un éventuel départ de Rooney chez les ennemis de Manchester City, où Carlos Tevez, qui porta lui aussi les couleurs d'United, a élu domicile en 2009 après avoir été contraint de cirer le banc de MU par Fergie… Pour l’heure toutefois, Manchester United infirme toute idée de départ de sa star. Reste à savoir combien de temps il faudra à Rooney pour affirmer le contraire...

Première publication : 18/10/2010

COMMENTAIRE(S)