Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Economie

Les États-Unis annoncent une vente massive d'armes à l'Arabie saoudite

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/10/2010

Les États-Unis ont annoncé leur intention de vendre des équipements militaires - avions et hélicoptères - à l'Arabie saoudite pour un montant qui pourrait avoisiner 60 milliards de dollars sur les 15 à 20 prochaines années.

AFP - L'administration Obama a notifié mercredi le Congrès d'une vente "importante" d'avions et d'hélicoptères militaires à l'Arabie Saoudite, qui pourrait atteindre 60 milliards de dollars, a annoncé un haut responsable de la diplomatie américaine.
   
Le plan prévoit d'autoriser la vente de dizaines de chasseurs bombardiers F-15 et de trois types d'hélicoptères (dont 70 Apache et 72 Black Hawk), a indiqué Andrew Shapiro, sous-secrétaire d'Etat chargé des Affaires politico-militaires.
   
Il a précisé que cette vente "ne devrait pas dépasser 60 milliards", ce qui en ferait, si l'ensemble du contrat était réalisé, la vente d'armes la plus importante jamais réalisée par les Etats-Unis.
   
L'accord permet en particulier la vente de 84 F-15 neufs et la rénovation de 70 autres.
   
La livraison des armes sera échelonnée sur 15 à 20 ans.
   
Le porte-parole du département d'Etat, Philip Crowley, avait justifié en septembre la coopération militaire avec Ryad par "les inquiétudes bien compréhensibles que l'Arabie saoudite et d'autres pays ont au sujet de l'émergence de l'Iran".
   
Le Congrès a la possibilité d'amender et de retarder cet accord. M. Shapiro a dit ne pas s'attendre à une opposition d'Israël à la vente.

 

Première publication : 20/10/2010

  • ARMEMENT

    Les États-Unis et l'Arabie saoudite s'apprêtent à signer un contrat record

    En savoir plus

  • DÉFENSE

    Paris et Londres partageront l'A400M, mais pas les porte-avions

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE

    La Russie et les États-Unis signeront le nouveau traité START à Prague

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)