Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Alpha Condé s'exprime sur le retour avorté de Dadis Camara a Conakry

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise des migrants, l'Europe peine à trouver des solutions viables

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat déjoué du Thalys, la sécurité dans les transports au coeur du débat

En savoir plus

TECH 24

Eau High-tech

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

L'Assemblée Nationale, cœur de la démocratie française

En savoir plus

#ActuElles

L'organisation de l'État islamique et sa "théologie du viol"

En savoir plus

FOCUS

Nouvelle-Orléans : dix ans après le cyclone Katrina, le traumatisme demeure

En savoir plus

REPORTERS

Avec les soldats de l'opération Barkhane, au cœur de la lutte anti-terroriste au Sahel

En savoir plus

BILLET RETOUR

Proche-Orient : Jénine, la renaissance fragile

En savoir plus

FRANCE

La justice ordonne de nouvelles analyses dans l'affaire Grégory

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/10/2010

À la demande des parents du petit garçon retrouvé mort dans les Vosges en 1984, six nouvelles analyses et des recherches d'ADN complémentaires sur quatre personnes vont être effectuées. le meurtrier de Grégory Villemin n'a jamais été identifié.

AFP - La justice a ordonné mercredi six nouvelles analyses, à la demande des parents du petit Grégory Villemin, assassiné en octobre 1984 dans les Vosges, a annoncé mercredi le procureur général près la cour d'appel de Dijon, Jean-Marie Beney.

"La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Dijon ordonne l'analyse du cheveu retrouvé sur le pantalon" du petit Grégory, retrouvé noyé, pieds et poings liés dans la Vologne (Vosges) le 16 octobre 1984, ainsi que "l'analyse du coeur des cordelettes", ayant servi à entraver l'enfant, a déclaré M. Beney.

Elle ordonne également "la recherche de traces de foulage" sur la lettre de revendication du meurtre de Grégory et "la comparaison des voix" du corbeau avec celles des différents protagonistes de l'affaire, telles qu'elles ont été recueillies par les journalistes de l'époque, des documents sonores conservés à l'Institut national de l'audiovisuel (Ina).

Elle demande en outre "la recherche d'ADN sur quatre personnes complémentaires, deux couples voisins des Villemin", qui n'avaient pas été inquiétés jusqu'à présent.

Enfin une dernière mesure concerne la "recherche d'ADN sur une lettre anonyme signée Corinne", versée au dossier.

Première publication : 20/10/2010

  • AFFAIRE GRÉGORY

    Le procureur confirme l'existence de "deux ADN identifiables" sur les scellés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)