Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#StopDjihadisme

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Timbuktu" et "Saint Laurent" en lice pour le César du meilleur film

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La Shoah racontée dans le cinéma et la littérature

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : qui sont les manifestants du mouvement "Pegida"?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

"L'émirat jihadiste" d'une prison libanaise et des enfants en lutte pour leur cours de récré

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Terrorisme : qui est Sajida al-Rishawi ?

En savoir plus

DÉBAT

Victoire de Syriza en Grèce, un test pour l'Europe

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile japonaise réclame la libération de Kenji Goto

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : Kobané reprise par les Kurdes, un symbole fragile ?

En savoir plus

Asie - pacifique

La Commission électorale invalide près d'un quart des bulletins de vote

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/10/2010

1,3 million de bulletins de vote déposés dans les urnes lors des législatives du 18 septembre dernier par les électeurs afghans ont été invalidés. La Commission électorale avait reçu près de 4 000 plaintes pour fraudes et irrégularités.

AFP - La Commission électorale afghane a annoncé mercredi avoir invalidé 1,3 million de bulletins de vote, soit près d'un quart des suffrages exprimés lors des élections du 18 septembre dernier, marquées par de nombreuses fraudes et irrégularités.

"Le nombre total de votes exprimés était d'environ 5,6 millions de votes. Après un tri, 4.265.347 votes ont été considérés comme crédibles et un total d'environ 1,3 million de votes ont été invalidés", a indiqué Fazil Ahmad Manawi, le président de la Commission électorale indépendante (IEC).

Il s'agit des premiers résultats officiels préliminaires.

1,3 million représente plus de 23% des quelque 5,6 millions de bulletins de vote glissés dans les urnes lors de ce scrutin qui doit désigner les 249 députés de l'Assemblée nationale afghane.

L'an dernier, un quart des votes de l'élection présidentielle afghane, qui avait vu la réélection controversée d'Hamid Karzai, avait été annulé.

Les résultats définitifs de ces législatives marquées elles aussi par les fraudes et irrégularités et perturbées selon l'Otan par 396 attaques des insurgés (contre 281 à la présidentielle de 2009), ne sont attendus que le 30 octobre.

M. Manawi a également annoncé que les dossiers de 224 candidats "suspects" avaient été transmis à la Commission des plaintes électorales (ECC). Cette dernière doit enquêter sur les candidats accusés de fraudes ou qui en ont bénéficié.

Le 22 septembre, elle avait annoncé avoir reçu près de 4.000 plaintes pour irrégularités et possibles fraudes, dont plus de 2.000 pour le seul jour du scrutin.

M. Manawi n'a pas précisé quelle proportion de bureaux de vote étaient touchés par les fraudes. Le 9 octobre, il avait annoncé avoir invalidé pour fraudes les bulletins de vote de 442 bureaux de vote sur les 5.510 qui avaient ouverts leurs portes le jour du scrutin.

Selon un responsable occidental à Kaboul, s'exprimant sous couvert de l'anonymat, le scrutin "était aussi corrompu et violent" que lors de la présidentielle de 2009, marquée par des fraudes massives en faveur du président sortant Hamid Karzaï. Ce dernier est au pouvoir depuis la fin 2001, lorsqu'il a été installé par la coalition militaire emmenée par les Etats-Unis qui venait de chasser les talibans. Il a ensuité été élu une première fois en 2004.

Depuis, l'insurrection des talibans ne cesse de s'intensifier et de faire des victimes parmi les civils et dans les rangs des forces internationales, et le gouvernement Karzaï est de plus en plus soupçonné ou accusé de corruption dans plusieurs pays qui soutiennent l'effort de guerre en Afghanistan.

Première publication : 20/10/2010

  • AFGHANISTAN

    La Commission des plaintes électorales placée sous le contrôle de Karzaï

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Les élections législatives entachées par une série d'attaques talibanes

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Les Afghans se rendent aux urnes sur fond de violences

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)