Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie : une nouvelle loi criminalise la violence contre les femmes

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Bataille de Tikrit : une offensive appelée à durer ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Etats-Unis - Israël : le coup de froid

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La formation des imams de France en question

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Plan anti-pauvreté : Manuel Valls, le virage à gauche

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Amanda Lear

En savoir plus

#ActuElles

Parité : en découdre avec les stéréotypes

En savoir plus

FOCUS

Quel avenir pour l'opposition russe après le meurtre de Nemtsov ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Sarkozy vs Hollande : le match économique

En savoir plus

FRANCE

Un policier mis en examen pour homicide involontaire dans l'affaire de Villiers-le-Bel

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/10/2010

La Cour d'appel de Versailles a mis en examen un policier pour homicide involontaire dans l'enquête sur la mort de deux jeunes tués dans une collision entre leur moto et une voiture de police, à Villiers-le-Bel en 2007.

AFP - Un policier a été mis en examen lundi pour homicide involontaire dans l'enquête sur la mort de deux jeunes tués en 2007 à Villiers-le-Bel (Val-d'Oise) dans une collision entre leur moto et une voiture de police, a appris mercredi l'AFP de source proche du dossier.

Cette décision a été prise par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Versailles qui avait ordonné début avril un supplément d'information après avoir infirmé l'ordonnance de non-lieu en faveur des policiers rendue par un juge d'instruction de Pontoise.

Le 25 novembre 2007, la mort des deux adolescents, Mushin et Lakamy, dans cette collision avait provoqué deux jours de violences urbaines entre jeunes et forces de l'ordre.

Le policier mis en examen est celui qui conduisait la voiture au moment de l'accident. Ses trois collègues qui se trouvaient avec lui dans le véhicule restent placés sous le statut de témoin, a précisé la source proche du dossier.

"C'est une nouvelle apaisante et une bonne nouvelle pour les familles. La justice va enfin pouvoir commencer à travailler", ont déclaré à l'AFP les avocats des familles des victimes, Mes Jean-Pierre Mignard et Emmanuel Tordjman.

Première publication : 21/10/2010

COMMENTAIRE(S)