Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Père Noël habite en Chine"

En savoir plus

Economie

Le créateur du jeu FarmVille poursuivi pour diffusion de données personnelles

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 21/10/2010

Une plainte a été déposée contre le créateur du plus célèbre jeu sur Facebook, suite aux révélations du Wall Street Journal sur un trafic de données personnelles qui se fait à l’insu des utilisateurs du réseau social.

Depuis quelques jours, FarmVille n’amuse plus autant ses utilisateurs. Le créateur du plus célèbre jeu sur Facebook vient même d’être attaqué, jeudi, en justice par une joueuse américaine. Nancy Graf a déposé une plainte en nom collectif au motif que Zynga, la société à l’origine de FarmVille, a vendu sans son accord des données confidentielles à des entreprises de publicité.

La plaignante demande une compensation financière, dont le montant n’a pas été révélé, pour le dommage causé. Zynga a déclaré qu’elle contestait le bien-fondé d’une telle accusation et qu’elle se défendrait "vigoureusement".

La société, responsable de cinq des dix jeux les plus populaires sur Facebook (dont FarmVille et Mafia Wars), a tout intérêt à ne pas être condamnée, car les faits sur lesquels se fondent Nancy Graf peuvent être invoqués par quelque 218 millions de fermiers et de mafieux virtuels. Elle se revendique d’ailleurs de cette communauté de joueurs et demande à Zynga de cesser de revendre les données confidentielles.

Cette plainte intervient quelques jours après les révélations du Wall Street Journal mettant en lumière un trafic de données personnelles des utilisateurs de Facebook. Le quotidien américain affirme que même en verrouillant ses paramètres de confidentialité au maximum, des milliers d’applications ont accès aux données personnelles des utilisateurs.

Garde-fous

Pire : ces applications tierces peuvent même récupérer les détails confidentiels des contacts Facebook d’un utilisateur. Certaines des sociétés qui gravitent autour du célèbre réseau social auraient, d’après le Wall Street Journal, revendu certaines informations à des publicitaires. Parfois elles ont même transmis les données sans s’en apercevoir.

Bref, l’enquête du Wall Street Journal démontre de nouveau les failles concernant le respect de la vie privée qui explose régulièrement au visage de Facebook. Le réseau social, accusé de ne pas avoir mis en place des garde-fous suffisants pour éviter cette fuite de données sensibles, n’a pas réagi sur l'instant. La star du web 2.0 a par la suite agi de manière assez désordonnée. Facebook a d’abord momentanément interdit l'accès à l'un des développeurs d'applications mis en cause, LOLapps. Puis d’expliquer que cette circulation des données n'impliquait pas des informations plus sensibles que ce qui pouvait transiter par des pages web classiques.

Des justifications qui n’ont pas convaincu tout le monde. Outre la plainte contre Zynga, deux membres de la Chambre des représentants américaine ont demandé au réseau social de s’expliquer avant le 27 octobre.

Première publication : 21/10/2010

  • INTERNET

    Facebook connaît l'une des pires pannes de son histoire

    En savoir plus

  • INTERNET

    Facebook répond à la grogne par des règles de confidentialité plus simples

    En savoir plus

  • INTERNET

    Facebook débordé par les accusations de non-respect de la vie privée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)