Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : 3 morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : les lendemains qui déchantent pour l'Europe ?

En savoir plus

FRANCE

Le retour à la normale dans les stations-essence "prendra plusieurs jours"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/10/2010

François Fillon l'a annoncé vendredi midi à l'issue d'une réunion consacrée à la gestion de la crise. Aucun rationnement général de l'essence n'est prévu pour l'instant, a précisé le ministre de l'Énergie, Jean-Louis Borloo.

AFP - Un retour à la normale dans les stations "prendra encore plusieurs jours", a indiqué vendredi François Fillon à l'issue d'une réunion sur l'approvisionnement en carburant, mais aucun rationnement général n'est à l'ordre du jour, selon le ministre de l'Energie Jean-Louis Borloo.

A quelques heures des vacances de la Toussaint, "il est de l'intérêt de tous de fournir tous les efforts nécessaires à un retour à la normale, qui prendra encore plusieurs jours", a affirmé dans un communiqué le Premier ministre.

M. Fillon a évoqué "les difficultés rencontrées dans la remise en ordre du système de distribution, dans le contexte des grèves qui provoquent l'arrêt complet des raffineries et le blocage des terminaux pétroliers de Marseille et du Havre".

Outre M. Fillon et les principaux représentants de la production et de la distribution de carburants, le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux et celui de l'Energie Jean-Louis Borloo participaient à la réunion de Matignon, la deuxième cette semaine.

A l'approche des congés, le gouvernement avait promis un retour "progressif" à la normale. Mardi, François Fillon avait avancé un délai de "quatre à cinq jours".

Vendredi, il a souligné que "les représentants des pétroliers" mettaient "l'accent sur l'approvisionnement prioritaire des autoroutes, essentiel pour éviter une perturbation majeure des déplacements".

Les stations-service concernées "vont être traitées de façon prioritaire, ce qui va permettre aux Français de partir l'esprit tranquille", a expliqué à la presse le président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip), Jean-Louis Schilansky.

Dans son communiqué, le Premier ministre a par ailleurs souligné que des "quantités importantes de carburants" avaient "été importées pour pallier l'arrêt des raffineries".

"C'est tout le système européen que nous mobilisons pour approvisionner le marché français", a également avancé M. Schilansky, notant qu'un point avait été fait avec François Fillon sur les ports "débloqués et qui permettent d'augmenter les importations" nécessaires.

"Il faut débloquer autant qu'on le peut les dépôts (...). C'est ce qui a été fait la nuit dernière à Grandpuits (Seine-et-Marne) et ça c'est une mesure extrêmement importante" parce qu'à partir de ce centre "on peut approvisionner la région parisienne", a encore déclaré M. Schilansky.

Egalement interrogé au terme de la réunion, Jean-Louis Borloo a exclu "pour l'instant" une mesure de rationnement général de l'essence et répété qu'il demandait une "mutualisation" des réseaux de distribution.

"Il y a quelques départements particulièrement touchés; là on a demandé qu'on mette le paquet sur la Seine-Maritime, la Loire-Atlantique et la Seine-et-Marne", a-t-il expliqué sur i-TELE.

"Deux" de ces départements sont soumis à un rationnement, a-t-il indiqué sans autre précision.

Faudra-t-il rationner l'essence partout? "Non, je ne pense pas (...). Pour l'instant, franchement, c'est pas prévu", a-t-il répondu. Ce point n'a "absolument pas été abordé durant la réunion"", a dit le président de l'Ufip.

En matinée, M. Borloo avait affirmé qu'entre "20 et 21%" des 12.300 stations-service de France étaient encore à sec, évoquant une "lente amélioration".

Première publication : 22/10/2010

  • FRANCE

    La pénurie de carburants persiste malgré les instructions de Sarkozy

    En savoir plus

  • FRANCE - RETRAITES

    Les Français redoutent la pénurie et se pressent aux pompes à essence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)