Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

Une enquête sur les dessous de la guerre économique et de l’hyper concurrence. Un samedi sur deux, à 14h15.

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Dernière modification : 25/10/2010

Militaire privé : la France s’engage !

Souvent assimilés à des mercenaires, les agents de sociétés militaires privées (SMP) sont de plus en plus nombreux. Le Journal de l’Intelligence économique vous emmène en République Tchèque, suivre une formation de « contractors » organisée par la SMP française SECOPEX.

Hervé, Saïd, Cyril… tous souhaitent se former au métier de contractors. Objectif : se qualifier pour réaliser des missions de protection rapprochée et de sécurité en zone déstabilisée. Au programme, 120 heures de stage, réparties sur trois semaines. C’est au sein de la société française SECOPEX que ces hommes ont décidé de faire leur apprentissage. Créée en 2003 par Pierre Marziali à Carcassone (Languedoc-Roussillon), SECOPEX a ouvert pour la première fois ses portes à des caméras de télévision.

Qui sont ces futurs contractors ? 90% des agents de SECOPEX sont d’anciens militaires. Et du côté des stagiaires, on retrouve les mêmes proportions. Saïd a été pendant cinq ans sous-officier de l’armée de terre. Originaire de Haute Provence et à tout juste 31 ans, Saïd est aujourd’hui chef d’entreprise, à la tête d’une boulangerie. L’esprit de camaraderie des rangs militaires lui manque, mais il préfère le métier de contractor, plus concret selon lui, que celui de soldat : « Des fois, on baigne dans l'absurde lorsqu'on est à l'armée. Là, vu qu'il y a un intérêt économique à la fin, il y a un but certain c'est d'aller chercher quelqu'un qui a payé un service pour aller le chercher. Donc il doit y avoir un retour logique sur un investissement économique de base. Là oui, ça devient un peu plus cohérent. »

Hervé, 41 ans, est originaire de Toulouse. C’est le plus expérimenté des stagiaires. Il a été pendant onze ans parachutiste-militaire. Il a ensuite enchaîné les petits jobs (chauffeur, livreur…) avant de suivre un stage d’agent de protection rapprochée. Il a déjà été envoyé par les Etats-Unis en Irak en tant que contractor, pendant un mois. La formation de SECOPEX lui offre une remise à niveau et lui permet, à nouveau, de manipuler les armes. Il ne cache pas non plus, qu’être contractor apporte des avantages… financiers : « C'est mieux payé. »

Cyril est un peu l’exception : il n’a jamais été militaire. Il est informaticien et électricien. Il a également une licence de tir depuis plus de deux ans. Ce stage réunit ses deux passions : les armes et les voyages. « Le métier de contractor c'est un métier qui permet d'être très mobile partout dans le monde, c'est un métier d'arme », dit-il. Un de ses collègue se demande d’ailleurs si ce manque d’expérience de terrain, n’est pas dangereux…

La privatisation de la guerre n’est pas un phénomène nouveau. Les Américains et les Britanniques ont saisi depuis longtemps l’opportunité de ce « marché de la guerre ». La présence de ces sociétés privées dans les zones de conflits est importante. En Irak, en 2007, on pouvait compter environ un agent civil privé pour un soldat. Cependant, certaines dérives ont amené l’opinion publique et les médias à assimiler ces contractors à des mercenaires. En 2007, par exemple, à Bagdad, dix-sept civils ont été tués par des agents privés de la société américaine Blackwater Worldwide, -qui s’est renommée discrètement et suite à cette affaire, Xe-. La société britannique Aegis Defense Services est également une des nombreuses SMP actives en Irak. A elle toute seule, elle regroupe 20 000 agents. Elle a reçu un mandat des Etats-Unis de 300 millions de dollars et un mandat de l’ONU en 2005, pour les élections irakiennes.

Au milieu de cette économie de la guerre, la France compte bien elle aussi avoir sa part du gâteau. La législation française semble être sur le point d’évoluer en la matière pour faciliter le recours à ses prestations privées.

Pierre Marzali, PDG de SECOPEX, reste confiant sur l’avenir des SMP françaises : « la France a réduit son budget de la défense ainsi que ses effectifs militaires. Mais les missions sont toujours de plus en plus nombreuses. » Les sociétés françaises visent notamment les contrats de sécurité de l’Union Européenne, détenus notamment pour le groupe britannique Hart Security Page Group. A voir, dans quelques années, si la France réussit ou pas à rattraper son retard et à s’imposer sur ce marché de la sécurité privée.
 

Par Margaux DUQUESNE , Willy BRACCIANO

COMMENTAIRE(S)

Les archives

19/07/2014 Technologie

Compétition digitale : pourquoi Google agace?

Le moteur de recherche est devenu l'ennemi public numéro un de nombreuses entreprises. Des géants du web, comme des sociétés traditionnelles, tous critiquent l'insatiable appétit...

En savoir plus

05/07/2014 Allemagne

Agriculture : l'Allemagne sème la France!

L'agriculture française est-elle en panne ? La France n'est plus le leader de l'agriculture européenne. Dépassée par l'Allemagne dans de nombreux secteurs comme le lait ou le...

En savoir plus

21/06/2014 États-Unis

États-Unis : justice en catimini?

Au moindre soupçon de crime ou de délit, l’administration américaine frappe fort. Au lieu d’un procès long et coûteux, l’entreprise paie une amende et accepte d’être placée sous...

En savoir plus

07/06/2014 Émirats arabes unis

Le business de la contrefaçon

Situé à Ajman dans les Émirats Arabes Unis, le China Mall a une superficie de 200 000 mètres carrés. C’est l’un des plus grands marchés de la contrefaçon au monde. On y trouve...

En savoir plus

17/05/2014 Recherche

Biotechnologies : breveter le vivant pour faire du business ?

La vie est-elle un produit marchand ? C'est là tout l'enjeu du débat sur la brevetabilité du vivant. De quoi s'agit-il exactement ? Tout simplement d'autoriser, ou non, des...

En savoir plus