Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

Amériques

La pression s'accentue sur Washington après les révélations de Wikileaks

Vidéo par Karim YAHIAOUI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/10/2010

Après la publication de 400 000 documents par Wikileaks sur les cas de torture par l'armée américaine en Irak entre 2004 et 2009, plusieurs organisations dénoncent "une grave violation du droit international" et demandent une enquête à Washington.

AFP - La pression s'accentuait dimanche sur les Etats-Unis après les révélations sur les cas de mauvais traitements couverts ou commis par l'armée américaine lors de la guerre en Irak, contenues dans les quelque 400.000 documents publiés par le site WikiLeaks.

"Nous pouvons déplorer la manière dont ces fuites ont eu lieu mais je pense que la nature des allégations faites est extraordinairement sérieuse", a déclaré le vice-Premier ministre britannique Nick Clegg, dimanche dans une interview à la télévision BBC One.

Les réactions aux révélations de Wikileaks

Pour le porte-parole du ministère des Droits de l'homme, Kamel al-Amine, les documents confidentiels américains ne contiennent « pas de surprise », même s’il a refusé de se prononcer sur les exactions commises par les forces irakiennes contre des prisonniers.

À ce sujet, le Premier ministre irakien sortant Nouri al-Maliki a accusé ses opposants de vouloir utiliser ces documents contre lui, ravivant la crise politique qui secoue actuellement le pays.

La secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a condamné la fuite, estimant qu’elle pouvait mettre en danger "la vie des soldats et des civils des Etats-Unis et de leurs alliés".

Le rapporteur spécial de l'ONU sur la torture, Manfred Nowak, a de son côté appelé le président américain Barack Obama à lancer une enquête.


 



"Leur lecture est affligeante et elles sont très graves. Je suppose que l'administration américaine voudra fournir sa propre réponse. Il ne nous appartient pas de leur dire comment le faire", a ajouté M. Clegg, connu pour son opposition à l'engagement de Londres dans la guerre en Irak, qu'il avait déjà qualifiée d'"illégale".

"Tout ce qui laisse à penser que des règles de base de la guerre, des conflits et du combat, ont été violées ou que de la torture a pu être de quelque manière que ce soit tolérée est extrêmement grave et doit être examiné", a poursuivi M. Clegg.

"Les gens voudront entendre une réponse à ce qui se trouve être de très, très graves allégations, d'une nature que (...) tout le monde trouve très choquante", a-t-il dit.

Publiés vendredi sur le site de WikiLeaks, les quelque 400.000 rapports d'incidents, écrits de janvier 2004 à fin 2009 par des soldats américains, relatent de nombreux cas de torture par les forces irakiennes, ainsi que "plus de 300 cas de torture commis par les forces de la coalition", selon le fondateur du site, Julian Assange.

Ce dernier a assuré, samedi lors d'une conférence de presse à Londres, avoir voulu rétablir "la vérité" sur la guerre en Irak, promettant de plus la diffusion prochaine de nouveaux fichiers, cette fois sur l'Afghanistan.

Vendredi, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton avait condamné "la diffusion de toute information (...) faisant peser un risque sur la vie des soldats et des civils des

Etats-Unis et de leurs alliés".

Les ministères britannique et australien de la Défense ont également dénoncé un danger pour les troupes sur le terrain.

Le rapporteur spécial de l'ONU sur la torture, Manfred Nowak, a néanmoins appelé le président américain Barack Obama à lancer une enquête. "Je me serais attendu à ce que (ce genre d'enquête) soit lancée depuis déjà longtemps, car le président Obama est arrivé au pouvoir en promettant le changement... Le président Obama a l'obligation de traiter les cas passés", a-t-il estimé samedi sur la BBC.

Amnesty International a elle aussi appelé Washington à lancer une enquête, évoquant "une grave violation du droit international" quand les forces américaines ont remis "des milliers de détenus aux forces irakiennes tout en sachant qu'elles continuaient à torturer".


L'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch a demandé que "l'Irak poursuive les responsables de tortures et d'autres crimes" et que "les Etats-Unis enquêtent".

Washington a cependant opposé une fin de non recevoir à ces appels. Interrogé par la BBC, le porte-parole de l'armée américaine, le colonel Dave Lapan, a dit n'avoir pas l'intention d'ouvrir une enquête, affirmant que, en matière de mauvais traitements par des Irakiens, le rôle des soldats américains étaient "d'observer et d'établir un rapport" à leurs supérieurs chargés de le transmettre aux autorités irakiennes. Il s'agit là d'une "pratique habituelle" de la communauté internationale, a-t-il dit.

En Irak, les partisans du Premier ministre Nouri al-Maliki voient dans la publication des fichiers une tentative de déstabilisation de l'actuel chef du gouvernement qui tente de se maintenir au pouvoir pour un second mandat.

"Il s'agit d'une campagne médiatique contre l'Etat et le processus politique", a affirmé à l'AFP le député Hassan al-Sinaïd, un proche du Premier ministre.
 

Première publication : 24/10/2010

  • IRAK

    L'armée américaine aurait couvert des crimes perpétrés en Irak, selon WikiLeaks

    En savoir plus

  • INTERNET

    WikiLeaks s'apprête à faire une "annonce majeure"

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    WikiLeaks s'apprête à diffuser des documents sur la guerre en Irak

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)