Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris retrouve son Picasso

En savoir plus

TECH 24

Apple Pay, S-Money, Big Data bancaire : une affaire de gros sous

En savoir plus

FRANCE

Un concert pour marquer les 300 jours de détention des deux journalistes français

Vidéo par Alix LE BOURDON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/10/2010

Un concert de solidarité est organisé ce soir, au Zénith de Paris, pour Stéphane Taponier et Hervé Ghesquière, enlevés il y a 300 jours en Afghanistan avec leurs trois accompagnateurs afghans. Aucune information n'a filtré depuis un mois.

Suivez en direct sur FRANCE 24 notre spéciale de 20h00 à 22h00 (GMT + 2H). 

REUTERS - Près de 5.000 personnes ont assisté lundi à un concert de soutien organisé pour marquer les 300 jours de détention en Afghanistan de deux journalistes de France 3, Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier.

De nombreux artistes, parmi lesquels Alain Souchon, Véronique Sanson, Christophe Maé et Grand corps malade, se sont produits gratuitement au Zénith à Paris devant un parterre
d'anonymes et de personnalités.

Venu sans avoir été annoncé, Hervé Morin, le ministre de la Défense a rencontré les familles des deux journalistes avant le début du concert.

"Ce soir, comme tous les jours depuis 300 jours, on pense beaucoup à eux", a-t-il déclaré. "On fait tout pour qu'ils puissent revenir le plus rapidement possible".

Les deux reporters qui tournaient un documentaire pour le magazine "Pièces à conviction" ont été enlevés le 29 décembre 2009 avec leurs trois accompagnateurs afghans dans la province de Kapisa, au nord-est de Kaboul, où sont présentes un grand nombre de troupes françaises.

Avant le concert, une affiche géante des otages avait été déroulée sur la façade de l'immeuble de France Télévisions, côté Seine, avec la mention: "Nous ne vous oublions pas."

Présent au Zénith, le président de France Télévisions, Rémy Pflimlin, a déclaré: Je sens ce soir beaucoup d'énergie positive pour soutenir leurs familles. Tout ça fait chaud au coeur".

Un grand nombre des présentateurs des chaînes du groupe public assistaient au concert.

Dans la foule se trouvaient également des personnalités politiques de tous bords, comme Pierre Laurent, secrétaire général du Parti communiste, ou le socialiste Jean-Paul Huchon.

"Avec une telle foule, ce qu'on espère, c'est que les choses vont se dénouer un peu et qu'ils auront un peu d'écho de la musique de ce soir", a déclaré le président de la région
Ile-de-France.

11 Français retenus en otage dans le monde

Assistaient également au concert Pierre Camatte, ancien otage d'Al Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) au Mali et Florence Aubenas, journaliste et ex-otage en Irak, présidente du Comité de soutien au deux reporters de France 3.

""J'ai envie de dire ce soir, tout simplement: c'est l'histoire de deux mecs... à la fin ils s'en sortent", a-t-elle déclaré sur la scène du Zénith.

Les chaînes de France Télévisions et les stations de Radio France ont diffusé durant toute la journée de lundi des messages de soutiens enregistrés par des personnalités comme les chanteurs Yannick Noah et Zazie, l'acteur Daniel Auteuil et l'ancienne otage franco-colombienne Ingrid Betancourt.

Les autorités militaires françaises ont évoqué le mois dernier une proche libération des captifs, qui se fait toujours attendre.

"On est usés moralement, et on espère vraiment une libération prochaine", a déclaré sur France 2 le frère d'un des otages, Thierry Taponier.

Le 29 septembre, le président Nicolas Sarkozy s'est voulu prudent en recevant des membres du comité de soutien des deux journalistes, se refusant à envisager une échéance pour leur libération.

Le chef d'état-major des armées, Edouard Guillaud, avait jugé cinq jours plus tôt "raisonnable" d'espérer une libération "d'ici Noël".

Selon le Quai d'Orsay, 11 Français sont actuellement retenus en otage à travers le monde.

"Leur montrer que nous, ici, nous faisons quelque chose pour eux" (Thierry Taponier)



Première publication : 25/10/2010

  • AFGHANISTAN

    L'armée française entre en contact avec les deux journalistes otages

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    100 jours de détention pour les deux journalistes français de France Télévisions

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)