Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Amériques

Pourquoi les nouvelles révélations de WikiLeaks ne passionnent pas les Américains

Texte par Aurélie BLONDEL

Dernière modification : 25/10/2010

Trois jours après leur publication, les révélations de WikiLeaks sur la guerre en Irak ont déjà disparu des journaux américains. La presse préfère se concentrer sur les sujets économiques au cœur de la campagne pour les élections de mi-mandat.

Les élections de mi-mandat, l’épidémie de choléra en Haïti ou la guerre en Afghanistan sont autant de sujets qui apparaissent ce lundi à la une des principaux journaux américains. Mais sur la première page du "New York Times", du "Boston Globe" ou du "Washington Post", on ne trouve plus rien ou presque sur les près de 400 000 documents publiés vendredi par le site WikiLeaks - des rapports d’incidents rédigés entre 2004 et 2009 par des soldats américains qui relatent des cas de torture perpétrés non seulement par les forces irakiennes mais aussi par les forces de la coalition dirigée par les États-Unis.

S’il y a très "peu de choses" à ce propos dans la presse américaine, explique Steven Ekovitch, professeur de sciences politiques à l’American University of Paris, c’est avant tout parce qu’"on n’y apprend rien sur les grandes lignes" de la guerre.

"Les autorités irakiennes ont maltraité leurs prisonniers, ce n’est pas une surprise", confirme David Betz, docteur en études militaires au King’s College de Londres. Ces documents "pourraient contenir des informations qui pourraient faire l’effet d’une bombe, mais étant donné le volume de documents [à analyser], il pourrait se passer beaucoup de temps avant que nous n’entendions parler de quelque chose", ajoute-t-il.

"Cette guerre est sortie de l’agenda public"

Mais surtout, précise David Betz, "WikiLeaks et Julian Assange ne sont plus considérés comme des héros". En effet, le site et son charismatique fondateur, qui ont fait parler d'eux pendant des semaines cet été en publiant 90 000 documents confidentiels sur le conflit afghan, ont, depuis, fait l’objet de plusieurs polémiques. Ils ont notamment été accusés d’avoir mis en danger la vie de nombreux Afghans ayant aidé les Américains en divulguant leurs noms sur Internet.

"WikiLeaks est une organisation idéologiquement engagée, fortement opposée à la guerre et empreinte d’anti-américanisme, reprend David Betz. Les gens sont certainement plus suspicieux envers elle qu’auparavant."

Avec les élections de mi-mandat qui approchent, la politique occupe la plus grande partie de l’espace médiatique américain. Or, "la politique étrangère n'est pas un enjeu important de ces élections, centrées sur des sujets économiques comme le chômage", rappelle Steven Ekovitch. Selon lui, cette nouvelle "affaire WikiLeaks" ne devrait d’ailleurs avoir "aucun impact" sur la campagne.

Enfin, la guerre en Irak est terminée pour les Américains, conclut David Betz. "Le président a déclaré la fin des combats sur le terrain il y a trois mois. Pour l’administration américaine, le conflit est fini, ce qui est d’ailleurs étrange puisqu’il y a toujours 50 000 soldats américains là-bas. Mais, dans une large mesure, cette guerre est sortie de l’agenda public."

 

 

Première publication : 25/10/2010

  • IRAK

    Le bilan de la guerre d’Irak, objet de controverse

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    La pression s'accentue sur Washington après les révélations de Wikileaks

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Le site WikiLeaks publie des milliers de documents explosifs sur le conflit afghan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)