Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Débat Trump vs Clinton : les réactions sur la toile

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Débat Juncker - Schulz : "Quel avenir pour l'Europe ?"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Christian Estrosi : "Les attentats ne suffisent pas à expliquer les chiffres du chômage"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Christian Estrosi : "Les propos de Patrick Buisson ne me touchent pas"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le mouvement "Buy Black" prend de l’ampleur

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Mabanckou, écrivain du monde

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Trump ou Clinton : qui est le plus crédible sur l'économie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Alep, symbole de la faiblesse américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Fance : le chômage repart à la hausse

En savoir plus

FRANCE

"Si on m'abuse, c'est que je me laisse abuser", déclare Liliane Bettencourt

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/10/2010

Dans un entretien sur l'antenne d'Europe 1, la milliardaire, qui vient de fêter ses 88 ans, se dit "prête à la bagarre" avec sa fille contre qui elle a porté plainte la semaine passée. Elle a également nié tout financement politique occulte.

AFP - "Si on m'abuse, c'est que je me laisse abuser", a déclaré lundi sur Europe 1 la milliardaire Liliane Bettencourt, objet d'une demande de mise sous tutelle par sa fille Françoise Meyers-Bettencourt, qui a également déposé plainte pour "abus de faiblesse" envers sa mère.

"Si on m'abuse, c'est que je me laisse abuser, tant mieux pour moi. Qu'on me laisse vivre !", a lancé l'héritière de L'Oréal dans un entretien dont des extraits avaient été diffusés vendredi 22 octobre, où elle expliquait être "prête à la bagarre" avec sa fille.

Liliane Bettencourt a par ailleurs nié tout financement politique occulte. Interrogée sur d'éventuels dons d'argent, notamment au président Nicolas Sarkozy, elle a rétorqué : "Non, bien sûr que non, je ne distribue pas de l'argent comme ça."

Alors qu'elle vient de fêter ses 88 ans, Liliane Bettencourt a émis un voeu pour l'année à venir : "pouvoir faire face" et être "physiquement en état où je peux faire face".

"Qu'est-ce qu'elle a ma santé ? Je mange, je ne bois pas trop de vin parce que je fatigue. J'aime beaucoup les petits-déjeuners un peu copieux avec mes chiens", a-t-elle poursuivi, après être revenue sur sa relation avec le photographe François-Marie Banier, renvoyé en correctionnelle pour "abus de faiblesse" suite à la plainte de Mme Meyers-Bettencourt.

"Si je pense que j'ai trop donné, je ris. Je me dis, c'est une bonne blague que la vie m'a faite et que je lui ai faite. Maintenant, je ris parce que je trouve qu'il (François-Marie Banier, NDLR) est très fort. Il sait manoeuvrer", a déclaré Liliane Bettencourt, qui explique ne pas être allée "au bout de la manoeuvre".

François-Marie Banier est "un artiste qu'on a payé", mais "pas plus que d'autres qui se taisent", a-t-elle affirmé.

Elle a également évoqué ses relations avec sa fille contre qui elle a porté plainte la semaine passée pour "violences morales" : "Pour l'instant avec ma fille, ce n'est pas du tout en paix. Mais attention, les couteaux ne sont pas tirés".

Première publication : 25/10/2010

  • AFFAIRE BETTENCOURT

    La juge Prévost-Desprez, en charge du dossier Banier, désavouée

    En savoir plus

  • AFFAIRE BETTENCOURT

    Le parquet ordonne des investigations pour "violation du secret de l'enquête"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Liliane Bettencourt porte plainte contre sa fille pour "violences morales"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)