Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG neutralisé par l'Ajax

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

FRANCE

"Si on m'abuse, c'est que je me laisse abuser", déclare Liliane Bettencourt

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/10/2010

Dans un entretien sur l'antenne d'Europe 1, la milliardaire, qui vient de fêter ses 88 ans, se dit "prête à la bagarre" avec sa fille contre qui elle a porté plainte la semaine passée. Elle a également nié tout financement politique occulte.

AFP - "Si on m'abuse, c'est que je me laisse abuser", a déclaré lundi sur Europe 1 la milliardaire Liliane Bettencourt, objet d'une demande de mise sous tutelle par sa fille Françoise Meyers-Bettencourt, qui a également déposé plainte pour "abus de faiblesse" envers sa mère.

"Si on m'abuse, c'est que je me laisse abuser, tant mieux pour moi. Qu'on me laisse vivre !", a lancé l'héritière de L'Oréal dans un entretien dont des extraits avaient été diffusés vendredi 22 octobre, où elle expliquait être "prête à la bagarre" avec sa fille.

Liliane Bettencourt a par ailleurs nié tout financement politique occulte. Interrogée sur d'éventuels dons d'argent, notamment au président Nicolas Sarkozy, elle a rétorqué : "Non, bien sûr que non, je ne distribue pas de l'argent comme ça."

Alors qu'elle vient de fêter ses 88 ans, Liliane Bettencourt a émis un voeu pour l'année à venir : "pouvoir faire face" et être "physiquement en état où je peux faire face".

"Qu'est-ce qu'elle a ma santé ? Je mange, je ne bois pas trop de vin parce que je fatigue. J'aime beaucoup les petits-déjeuners un peu copieux avec mes chiens", a-t-elle poursuivi, après être revenue sur sa relation avec le photographe François-Marie Banier, renvoyé en correctionnelle pour "abus de faiblesse" suite à la plainte de Mme Meyers-Bettencourt.

"Si je pense que j'ai trop donné, je ris. Je me dis, c'est une bonne blague que la vie m'a faite et que je lui ai faite. Maintenant, je ris parce que je trouve qu'il (François-Marie Banier, NDLR) est très fort. Il sait manoeuvrer", a déclaré Liliane Bettencourt, qui explique ne pas être allée "au bout de la manoeuvre".

François-Marie Banier est "un artiste qu'on a payé", mais "pas plus que d'autres qui se taisent", a-t-elle affirmé.

Elle a également évoqué ses relations avec sa fille contre qui elle a porté plainte la semaine passée pour "violences morales" : "Pour l'instant avec ma fille, ce n'est pas du tout en paix. Mais attention, les couteaux ne sont pas tirés".

Première publication : 25/10/2010

  • AFFAIRE BETTENCOURT

    La juge Prévost-Desprez, en charge du dossier Banier, désavouée

    En savoir plus

  • AFFAIRE BETTENCOURT

    Le parquet ordonne des investigations pour "violation du secret de l'enquête"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Liliane Bettencourt porte plainte contre sa fille pour "violences morales"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)