Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

FRANCE

"Si on m'abuse, c'est que je me laisse abuser", déclare Liliane Bettencourt

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/10/2010

Dans un entretien sur l'antenne d'Europe 1, la milliardaire, qui vient de fêter ses 88 ans, se dit "prête à la bagarre" avec sa fille contre qui elle a porté plainte la semaine passée. Elle a également nié tout financement politique occulte.

AFP - "Si on m'abuse, c'est que je me laisse abuser", a déclaré lundi sur Europe 1 la milliardaire Liliane Bettencourt, objet d'une demande de mise sous tutelle par sa fille Françoise Meyers-Bettencourt, qui a également déposé plainte pour "abus de faiblesse" envers sa mère.

"Si on m'abuse, c'est que je me laisse abuser, tant mieux pour moi. Qu'on me laisse vivre !", a lancé l'héritière de L'Oréal dans un entretien dont des extraits avaient été diffusés vendredi 22 octobre, où elle expliquait être "prête à la bagarre" avec sa fille.

Liliane Bettencourt a par ailleurs nié tout financement politique occulte. Interrogée sur d'éventuels dons d'argent, notamment au président Nicolas Sarkozy, elle a rétorqué : "Non, bien sûr que non, je ne distribue pas de l'argent comme ça."

Alors qu'elle vient de fêter ses 88 ans, Liliane Bettencourt a émis un voeu pour l'année à venir : "pouvoir faire face" et être "physiquement en état où je peux faire face".

"Qu'est-ce qu'elle a ma santé ? Je mange, je ne bois pas trop de vin parce que je fatigue. J'aime beaucoup les petits-déjeuners un peu copieux avec mes chiens", a-t-elle poursuivi, après être revenue sur sa relation avec le photographe François-Marie Banier, renvoyé en correctionnelle pour "abus de faiblesse" suite à la plainte de Mme Meyers-Bettencourt.

"Si je pense que j'ai trop donné, je ris. Je me dis, c'est une bonne blague que la vie m'a faite et que je lui ai faite. Maintenant, je ris parce que je trouve qu'il (François-Marie Banier, NDLR) est très fort. Il sait manoeuvrer", a déclaré Liliane Bettencourt, qui explique ne pas être allée "au bout de la manoeuvre".

François-Marie Banier est "un artiste qu'on a payé", mais "pas plus que d'autres qui se taisent", a-t-elle affirmé.

Elle a également évoqué ses relations avec sa fille contre qui elle a porté plainte la semaine passée pour "violences morales" : "Pour l'instant avec ma fille, ce n'est pas du tout en paix. Mais attention, les couteaux ne sont pas tirés".

Première publication : 25/10/2010

  • AFFAIRE BETTENCOURT

    La juge Prévost-Desprez, en charge du dossier Banier, désavouée

    En savoir plus

  • AFFAIRE BETTENCOURT

    Le parquet ordonne des investigations pour "violation du secret de l'enquête"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Liliane Bettencourt porte plainte contre sa fille pour "violences morales"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)