Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

SUR LE NET

Hommages aux victimes du naufrage en Corée du sud

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : fusillade à Sloviansk, les séparatistes demandent l'aide de Moscou

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad se rend dans la ville chrétienne de Maaloula pour la fête de Pâques

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Corée du Sud : une vingtaine de corps repêchés du ferry naufragé

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

Asie - pacifique

Tokyo proteste contre la présence chinoise sur un territoire contesté

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/10/2010

Tokyo s'est insurgé contre la présence de navires de pêche chinois à proximité d'îlots administrés par le Japon mais revendiqués par la Chine et Taïwan, ravivant les tensions provoquées par l'arraisonnement du chalutier chinois en septembre.

AFP - Le gouvernement japonais a officiellement protesté lundi auprès de Pékin contre la présence de patrouilleurs des pêcheries chinoises à proximité d'un groupe d'îles administrées par le Japon mais revendiquées également par la Chine.
   
"La nuit dernière, vers 21H00 (12H00 GMT) nos garde-côtes ont aperçu deux navires qui ont ensuite quitté la zone en direction du nord, vers la Chine", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Yoshito Sengoku, devant la presse.
   
"Après cet incident, nous avons émis une protestation par le canal diplomatique", a-t-il ajouté.
   
Ces îlots inhabités, appelés Senkaku en japonais et Diaoyu en chinois, sont administrés par le Japon, mais la Chine et Taïwan en revendiquent également la souveraineté.
   
"Nous avons dit qu'il n'était pas bon de voir (ces bateaux) naviguer près des eaux japonaises. Quel est l'objectif? De telles activités ne sont pas favorables et nous le leur avons indiqué", a poursuivi M. Sengoku.
   
Le porte-parole a réaffirmé que les îles Senkaku faisaient "partie intégrante du territoire japonais, d'un point de vue historique et en vertu du droit international". "Nous allons continuer à prendre les précautions nécessaires et assurer la surveillance à partir de maintenant", a-t-il dit.
   
L'arraisonnement début septembre dans cette zone d'un chalutier chinois à la suite d'une collision avec un navire des garde-côtes japonais a déclenché une grave crise entre Tokyo et Pékin et exacerbé les sentiments nationalistes dans les deux pays.
   
L'arrestation du capitaine du chalutier chinois, le 8 septembre, avait suscité la colère de Pékin, qui avait protesté officiellement auprès du Japon et envoyé le 23 septembre deux patrouilleurs des pêcheries chinoises dans la zone des Senkaku/Diaoyu.
   
Sous la pression et les menaces, Tokyo avait finalement annoncé le lendemain la libération du capitaine et les navires chinois avaient quitté les eaux contestées le 6 octobre.
   
Mais après une accalmie, la tension entre les deux voisins s'est à nouveau enflammée à la mi-octobre.
   
Plusieurs manifestations, parfois violentes, se sont déroulées en Chine contre la mainmise du Japon sur ces îles, tandis que les mouvements nationalistes nippons organisent la riposte pour dénoncer la propagande chinoise.
   
Le 21 octobre, la Chine a de nouveau affirmé que "les eaux autour des îles Diaoyu sont des zones traditionnelles de pêche pour les pêcheurs chinois".
   
"La Chine expédie des navires de surveillance vers les eaux où elle exerce sa compétence pour des patrouilles et la protection des pêches, selon les lois et les règlements chinois", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois, Ma Zhaoxu.
   
Ces îlots suscitent des convoitises car leurs eaux sont très poissonneuses et leurs fonds marins pourraient renfermer des hydrocarbures.

 

Première publication : 25/10/2010

  • CHINE - JAPON

    Le bras de fer entre Tokyo et Pékin sur un différend territorial se durcit

    En savoir plus

  • CHINE-JAPON

    Tokyo et Pékin jouent la carte de l'apaisement diplomatique

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Medvedev provoque l'ire du Japon en annonçant sa visite sur les îles Kouriles

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)