Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Economie

La croissance britannique meilleure que prévu au 3e trimestre

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/10/2010

Alors que le gouvernement britannique a annoncé un plan d'austérité drastique la semaine passée, la croissance au troisième trimestre a été deux fois plus importante que prévue tout en restant faible à 0,8%.

REUTERS - L'économie britannique a crû quasiment deux fois plus que prévu au troisième trimestre, montrent les statistiques provisoires publiées mardi, éloignant les perspectives de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire par la Banque d'Angleterre à moyen terme.

Selon l'Office national de la statistique (ONS), le produit intérieur brut a augmenté de 0,8% sur le trimestre, notamment grâce au secteur de la construction.

Cette hausse est moindre que celle constatée au deuxième trimestre (+1,2%).

La livre sterling s'est redressée face au dollar et à l'euro et les emprunts d'Etat ont chuté, les investisseurs estimant que la Banque d'Angleterre aurait du mal à défendre de nouvelles mesures de relance ces prochains mois.

La croissance "est bien plus élevée que prévu. Il sera certainement plus difficile pour le comité de politique monétaire de décider de nouvelles mesures d'assouplissement quantitatif dès la réunion de novembre", a estimé Alan Clarke, économiste pour BNP Paribas.

Sur un an, le PIB a augmenté de 2,8%, la plus forte hausse en trois ans, après avoir progressé de 1,7% au trimestre précédent.

Ces estimations dépassent nettement les anticipations des économistes interrogés par Reuters qui tablaient sur une croissance de 0,4% par rapport au trimestre précédent et de 2,4% sur un an.

Si on considére ensemble les deuxième et troisième trimestres, le Royaume-Uni a connu son semestre de plus forte croissance depuis les six premiers mois de 2000.

Toutefois, la croissance devrait ralentir l'année prochaine en raison de l'impact du plan d'austérité particulièrement sévère engagé par le gouvernement britannique et le ralentissement de la reprise du secteur de la construction qui a porté la croissance au troisième trimestre.

La production annuelle dans le secteur de la construction a progressé de 11%, sa plus forte croissance depuis le premier trimestre 1988.

Le secteur des services se maintient à +0,6% mais la croissance de la production indutrielle ralentit, passant de 1% le trimestre précédent à 0,6%.

Selon les services de la statistique, le troisième trimestre est le premier de l'année à ne pas être affecté par des phénomènes météorologiques, qui ont diminué la croissance au premier trimestre et l'ont dynamisée au deuxième.

Première publication : 26/10/2010

  • ROYAUME-UNI

    La cure d’austérité britannique à la loupe

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    "Aucun gouvernement français ne pourrait concevoir un tel plan d’austérité"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)