Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

JO-2016 : Les Français en route pour Rio

En savoir plus

LE DÉBAT

Theresa May en France : le Brexit au plus vite ?

En savoir plus

Planète @venir

L’incroyable phénomène de l’e-sport

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabien Archambault : "La France n'est pas un grand pays de football"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : la télémédecine, une initiative pour les femmes médecins

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur la route des festivals de musique

En savoir plus

TECH 24

Beauté connectée : parce que vous le valez bien...

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le monde décrit par Trump n’existe pas"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attentat de Nice : "Cazeneuve face à l'été meurtrier"

En savoir plus

Moyen-orient

L'ancien vice-Premier ministre irakien Tarek Aziz condamné à mort

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 26/10/2010

La Haute Cour pénale irakienne a condamné à mort l'ancien vice-Premier ministre de Saddam Hussein, Tarek Aziz, pour son rôle dans l'élimination des partis islamiques. Son fils Ziad Aziz estime que cette sentence est "une vengeance".

La Cour suprême irakienne a condamné mardi Tarek Aziz, ancien bras droit de Saddam Hussein, à la peine de mort pour avoir participé à la persécution de partis islamiques, annonce la justice.
 
Il s'agit de la première condamnation à la peine capitale de Tarek Aziz, ancien vice-Premier ministre de Saddam Hussein, qui a été le visage du régime irakien en tant que chef de la diplomatie après l'invasion du Koweït, en 1990.
 
Il purge déjà une peine de quinze années de prison pour son implication dans le meurtre de commerçants en 1992 et une autre de sept ans pour la déportation forcée de Kurdes dans le nord de l'Irak.

Une condamnation "qui prouve la crédibilité de Wikileaks"

Son fils Ziad Aziz a affirmé à l'AFP que cette condamnation à mort constitue une "vengeance" qui prouve "la crédibilité des informations de WikiLeaks".
  
"La condamnation à mort de mon père est une opération de vengeance contre tout ce qui a trait au passé en Irak et prouve la crédibilité des

L'analyse de Lucas Menget

informations publiées par le site WikiLeaks", ont déclaré Ziad Aziz, qui réside en Jordanie, ainsi que les autres membres de la famille directe de l'ancien vice-Premier ministre irakien.

"Comme le démontre WikiLeaks dans les documents publiés, il s'agit d'opérations de vengeance et d'élimination de toute personne ayant eu des liens avec le passé", a ajouté Ziad Aziz en référence au régime de Saddam Hussein. Ziad Aziz, qui a entendu la nouvelle à travers les médias, s'est dit "sidéré".

Une "honte" selon son fils

"Mon père n'a jamais rien eu à voir avec les partis religieux. Ce verdict est une honte", a-t-il dit. "Mon père a été lui même victime d'un parti religieux, Al-Daawa", actuellement dirigé par le Premier ministre sortant Nouri al-Maliki.
   
Ziad Aziz faisait référence à une attaque à la grenade contre Tarek Aziz dans une université à Bagdad en avril 1980, où il avait prononcé un discours. Il avait été blessé. "Quand ont-ils eu le temps d'étudier le verdict ? Ils n'ont pas écouté les avocats de la Défense de mon père ? De quelle justice parle-t-on ?", a-t-il encore dit.

Première publication : 26/10/2010

  • IRAK

    Les forces américaines remettent Tarek Aziz aux autorités irakiennes

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    La pression s'accentue sur Washington après les révélations de Wikileaks

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)